La spiritualité a pour finalité de ne pas être pratiquée

Quelque part, je me dis que le chemin spirituel est un peu ridicule puisqu’il suffit d’être… Et cela est dans le creux de nos mains à chaque seconde, c’est si loin en même temps… Finalement la spiritualité est vouée à ne pas être pratiquée puisque c’est notre nature, la nature du vivant, de Dieu. En jouant comme un enfant, on est bien plus proche du divin que lors des stages donnant les clés du bonheur. Est ce que cela te parait correct ?

Raphaël

OUI la vie est un jeu, celui du grand JE (le créateur de toutes choses, la Vie, le Vivant, Dieu, la supra-conscience qui a crée l’Univers) qui s’exprime, cherche à voir qui IL EST dans les mains du petit « je » qu’est l’humain, ses créations, ses créatures dans la création. L’humain, le petit « je » est ici pour sublimer cette matière, la rendre plus belle en la spiritualisant par notre présence pleinement incarnée dans le spirituel…et cela ne pourra être le cas que lorsque nous retournerons dans le grand Je, en jouant le jeu du vivant, de la vie qui est celui de sortir de l’illusion que nous sommes séparés du grand JE, JE SUIS.

… Etre JE et non je dans le jeu de son JE SUIS.

Le chemin spirituel n’est pas ridicule sinon pourquoi es tu ici, dans cette incarnation, trouves tu ridicule d’être ici et maintenant ? Ce qui est ridicule c’est de ne pas être, c’est de ne pas aller chercher ce qui est dans tes mains en continuant de croire que c’est si loin. si tu crois, est dans la croyance que c’est loin, alors ce sera loin, si tu crois que c’est loin, c’est parce que tu es loin de ton être parce que bloquer dans ton mental qui te fait croire que c’est loin afin qu’il garde le contrôle sur toi, qu’il puisse continuer sa tyrannie, te tenir en esclavage, sous sa domination. ce qui est ridicule, c’est de continuer de croire que l’être, le spirituel soit loin, là est le ridicule !

Si nous sommes dans la pure conscience, nos taux vibratoires cumulés les uns aux autres vont spiritualiser, fertiliser toute la nature qui nous entoure. Nous participons à son évolution en devenant auto-conscients et c’est ce que recherchent toutes formes de vie. Tous les animaux, les plantes et les minéraux recherchent cette évolution. Certes elle s’exprime de façons différentes pour chaque forme de vie, l’eau, les animaux, la terre, les plantes vibrent sur des fréquences de consciences différentes de la nôtre mais ils sont aussi les fruits, les enfants de la supra-conscience qui a crée l’Univers. Nous sommes des jardiniers. En étant pleinement conscients, revenus au Soi, à l’Etre, nous pouvons aider à ce que cette terre, cette nature, faune et flore, puisse elle aussi se spiritualiser, monter en vibration pour faire l’expérience de qui elle EST de la plus belle des façons en toute conscience.

La spiritualité doit être « pratiquée » mais certes, il vaut mieux la vivre, l’incarner, être la spiritualité et moins la pratiquer comme si c’était une activité, une occupation, un sport, un loisir. NON elle est notre essence, nous sommes des êtres divins spirituels donc ce n’est pas une « pratique » mais un état d’être, un regard intérieur et s’il y a pratique, c’est une pratique de chaque instant, de chaque seconde dans toute notre vie dans nos inspires et nos expires. C’est une vérité que nous devons incarner à chaque seconde dans chacune de nos cellules, c’est donc plus certainement une eau qui coule naturellement qu’une cruche que l’on remplit.

Belle image en fait que cette cruche que l’on cherche à remplir car en fait, en vérité, la vider est le chemin à parcourir si l’on veut s’éveiller. La vider de toutes croyances, attachements, identifications qui sont un trop plein nous rendant rigides car attachés à la forme alors que nous sommes l’informe.

Dans cette vie où tout se vend et s’achète, nous croyons aussi que le spirituel serait comme une acquisition de l’extérieur, une pratique, un livre, un cours, un stage, une conférence, un maître. Oui ils peuvent aider, guider mais être spirituel est d’abord et seulement une position, une posture intérieure.

Les stages, les lectures restent malgré tout importants pour la simple raison que nous avons complètement oublié qui nous sommes, des êtres divins et spirituels ! Perdus dans la matière, dans le faire et l’avoir, nous avons perdu l’être, qui lui, se tient loin de tout avoir et faire ! Si ces stages, livres, conférences ont lieu maintenant en grand nombre sur la terre, c’est bel et bien parce que nous avons chuté. Nous sommes tombés de notre vérité ontologique.

Ces stages et outils sont en bonne part nécessaires et indispensables tant qu’ils sont justes et dans la vérité de l’être pour l’ÊTRE. Mais quand ils deviennent juste des outils de commerce dans lesquels certains cherchent surtout à se faire reconnaître, briller et tirer des profits… Là c’est très fortement discutable voir dommageable pour ce mouvement d’éveil.

Oui nous devons redevenir des enfants, les enfants du créateur, de la création, retrouver notre candeur et notre joie dans l’amour total et inconditionnel que nous avons reçu et  que nous devons restituer à chaque être humain qui est une part de qui IL est, une part de qui nous sommes, ce 1, ce UN uni et unifié.

Oui une certaine « pratique » doit être enclenchée pour ce retour à l’être car notre système sociétal est en fait l’extrême contraire de la réalisation de notre vraie nature divine donc spirituelle.

Le divin spirituel ne veut pas gagner sa vie, IL est la vie, IL ne peut se vendre ni s’acheter à lui même !!! Le soleil ne négocie rien avec la terre, l’eau et l’air, ils ne se vendent pas l’un à l’autre ! L’eau ne vend rien à la terre ni à l’air et au soleil, ils ne font aucun commerce de qui ils sont. La terre ne vend rien à l’air, à l’eau et au soleil, elle ne veut faire aucun profit, pour qui, pour quoi !!? Or c’est tout ce formatage, fort-matté, parce que ce paradigme dans lequel nous sommes est un matage, fort-matage dans lequel nous sommes soumis à cette croyance qu’il faille gagner pour vivre, faire et avoir. Ce paradigme nous accroche à l’identification, à l’individu, à la personnalité, à l’individualisme, ce sont elles les causes des soucis et des souffrances, des abus et des peines. Tous ces fort-matages nous disent :  » Tu dois gagner ta vie, faire un métier, faire telle ou telle chose afin d’avoir un salaire pour consommer et cette consommation te rendra heureux car tu posséderas tels ou tels trucs qui contribueront à ton bonheur et épanouissement. Alors tu iras bosser, faire des choses que tu n’aimes pas bien souvent pour avoir des choses qui de toutes façons ne te rendront pas plus heureux mais dépendant. Dépendances qui te causeront du tort, des désagréments car elles induisent des besoins, des manques qu’il faudra combler sans cesse, sans fin pour trouver une paix qui ne viendra jamais parce qu’aucune chose, aucun matériel ne pourra vraiment t’apporter paix et joie si tu n’es pas d’abord toi-même paix et joie. « 

Si nous regardons l’état de la terre, nous n’avons à coup sur pas été de bons jardiniers, juste des piètres braconniers, pilleurs et saccageurs.

A l’heure actuelle les stages de développement personnel sont indispensables pour la simple raison que nous nous sommes complètement égarés en hyper-développant le mental, notre intellect nous ayant coupé de la joie simple et pure du vivant. Le paradigme dans lequel nous sommes est celui de la dualité alors que nous sommes tri-unité. Ce courant de développement des consciences n’est pas un signe d’évolution de l’humain, mais en fait d’involution ! L’éveil à un nouveau paradigme est nécessaire, indispensable pour combler, remonter de l’abîme dans lequel nous sommes tombés.

Si l’humanité n’était pas « tombée » dans la dualité, tout ce mouvement n’existerait pas. D’un autre côté, nous avons eu besoin de tomber dans cette dualité pour évoluer !

C’est un peu comme pour un enfant à qui tu dis :  » Ne touches pas ça, c’est brûlant et tu risques de te brûler !  » L’enfant se dit :  » Mais c’est quoi brûlant, c’est quoi se brûler ? » Alors il voudra faire l’expérience de ce qui brûle et posera sa main sur l’interdit afin de connaître par lui-même ce qu’est le brûlant, ce qui brûle. Ayant mis sa main, s’étant brûlé, il sait maintenant par expérience ce que c’est. Maintenant tout dépend de la brûlure que nous nous sommes infligés, certains ne poseront que le bout du doigt, d’autres et cela semble être le cas pour l’ensemble de cette humanité… brûleront leur bras et leur jambes….

La spiritualité ne s’apprend pas dans les livres, ni dans des stages. Tout au plus ces modes d’actions peuvent être des points de repères, comme une adresse sur un GPS mais tout le chemin, c’est à nous de le parcourir, d’en faire l’expérience. Au contraire, trop de livres, trop de stages embrouillent plus qu’autre chose car tout un tas d’informations circule ce qui peut créer plus de confusion dans le mental qui cherche constamment à diviser.

Vivre de façon spirituelle, c’est regarder la nature sans aucun jugement de valeur de plus et de moins, de plus fort et moins fort car ça n’existe pas en fait, ce ne sont que des interprétations humaines. Observer et voir, pas regarder mais Voir comment la nature, le vivant s’organise, organise sa pérennité est une source, la source de toute spiritualité.

Si ce chemin est si ridicule, pourquoi l’homme depuis des siècles ne l’emprunte-t’il pas puisqu’il est si ridicule d’être ? Le chemin n’est pas ridicule et être c’est avant tout aimer, aimer ce qui est, nous aimer les uns les autres, aimer la vie, le vivant, le respecter, le sublimer, le restituer à qui IL EST. Au vu de la situation actuelle, ce « ridicule » semble bien compliqué à être incarné par l’humanité !

Non ce chemin n’est pas ridicule, ce qui est ridicule est que l’humain ne prend pas le chemin le plus facile. Il s’est égaré, a chuté de s’être cru le centre de tout, d’être l’intelligence ultime de la création. Il a confondu savoirs et connaissances, il a confondu donner et prendre. Ce qui moi me parait ridicule est que l’humanité cherche son trésor à l’extérieur de lui en dépeçant la terre pour de l’argent alors qu’il est assit dessus et est incapable de le voir ? Un peu comme le menuisier qui cale son crayon sur son oreille et qui ensuite cherche pendant des heures où il a bien pu mettre ce crayon. Il s’énerve, s’agace, devient grossier et parfois violent, il met sans dessus dessous tout son atelier, mais où est ce que j’ai mis ce P…… de crayon…. Mais il est juste là, posé sur ton oreille !!! Lâches ta tête et tu le trouveras ! Nous avons tous vécu cela des centaines de fois, chercher un truc que nous avons dans la main, l’humanité fait de même avec sa conscience et sa spiritualité. On ne trouve pas son crayon parce que le mental infernal est en route, il nous empêche de nous poser et de voir correctement, il nous coupe de notre mémoire, de notre mémoire originelle car il est prisonnier du faire et de l’avoir. Là c’est l’oubli de l’être !

Robin.

Un dessin vaut mieux qu’un long discours

Tu affectionnes le dessin de longue date, tu dessines notamment des mandalas et des visages qui contiennent beaucoup de symboles, l’un de ces dessins apparaît d’ailleurs sur le blog. Qu’essayes tu d’exprimer à travers ton art ?

Raphaël

cropped-igg3.png

Cet article s’inscrit dans la continuité du texte évoquant l’importance des symboles et des archétypes, vous pouvez en prendre connaissance ici.

Souvent il est dit qu’un dessin vaut mieux qu’un long discours. Ce que je tente de faire par mon art, mon expression artistique, c’est de résumer notre divinité ! Le dessin est pour moi un art qui me permet de visualiser de façon quasi-complète toute la création, Dieu !

Je vais faire ici le résumé rapide du contenu symbolique de ce dessin :

  • L’arbre représente Yggdrasil, l’arbre de la création reliant les différentes parties de l’Univers, les mondes célestes, terrestre, et souterrain. Cet arbre est présent dans de nombreuses croyances tout autour de la planète. Il est dit qu’à son pied, coule la source de jouvence, la liqueur d’immortalité, le soma qui est si, je ne m’abuse de couleur verte.
  • Dans ce dessin, Yggdrasil se confond avec  la représentation de Cernunnos, l’homme aux bois de cerfs symbolisant l’arbre de vie. Cernunnos est le dieu celte le plus puissant et vénéré, celui du printemps et de la régénération qui annonce la lumière. Il représente aussi la puissance de l’enseignement. Rappelons que Cernunnos est de même nature que le Christ-Jésus, ils sont une seule et même réalité.
  • L’arbre lui-même est un symbole puissant, celui  de la permanente impermanence. Il est le symbole de la vie en perpétuelle ascension. L’arbre est une kundalini qui se déploie sur des siècles, un élan d’amour discontinu. Il est dit qu’un être humain est un arbre qui marche, la radiographie de nos poumons montre un arbre la tête en bas… Cet arbre à 8 branches est le symbole de la planète vénus, symbole de l’amour, de la justice et de l’infini.
  • Sur l’arbre on peut voir le symbolisme des atomes et du subatomique, de la physique et de la physique quantique générant le champs quantique de la création. Ces cercles peuvent être aussi compris comme le prana qui est le substrat de toute la création matériel de l’Univers.
  • On peut aussi y lire les galaxies, les planètes et l’Univers contenu dans Yggdrasil, l’infiniment grand et l’infiniment petit, symbole fractal de la création.
  • Le visage représente un soleil, symbolique universel de Dieu, de la vie, du vivant. Ce visage symbolise les mondes célestes, terrestres et souterrains. Il est présent dans de nombreuses croyances tout autour de la planète. Il représente aussi toute la création, l’humain, l’animal, le végétal et le minéral. Il symbolise aussi le créé et l’incréé, la forme et l’informe, la permanence et l’impermanence, le microcosme et le macrocosme, le créateur et sa création, la matière et le subtil… Il est un résumé de qui nous sommes, de nos cosmogonies et des enseignements des prophètes.
  • On peut distinguer les 4 éléments : la terre, l’eau l’air et le feux. Les 4 points cardinaux, les quatre piliers de la création, la croix à 4 branches égales…
  • Les branches sont comme les ondes oscillantes de la vibration cosmique qui sous-tend, soutient toute la création, les ondes créatrices de vie du matériel et de l’immatériel.
  • Y est contenu aussi tous les sens humains, tangibles et intangibles. Le verbe source d’immortalité est symbolisé par la bouche au pied d’Yggdrasil. Sont aussi représentés le goût, la vue par les yeux de Cernunnos, l’ouïe par les oreilles du cerfs, l’odorat par le pied de l’arbre.
  • Tronc et branches forment le chiffre 9 celui de la réalisation, de l’aboutissement.
  • Dans son axe supérieur, les connexions à nos sens subtils sont symbolisés par la kundalini et les chakras. Les chakras sont au nombre de 7, symbole de Dieu. Chaque chakra est associé à une couleur, une note de musique, une forme géométrique différente correspondant à une symbolique bien spécifique. Chaque chakra a son rôle dans le fonctionnement de notre corps et dans la régulation des énergies cosmiques qui nous constituent, nous traversent et nous façonnent.
  • Au dessus de cette représentation de déploiement de la kundalini est dessiné deux ailes, ce sont celles de la colombe, l’Esprit Saint, l’éveil, le retour au Soi, à l’être.
  • On peut ajouter que les courbes du déploiement de la kundalini sont aussi les courbes de l’ADN et que toutes les couleurs employées ont une symbolique propre et porteuse de sens depuis la nuit des temps.

J’en oublie certainement mais en grande ligne, c’est ce que je voulais résumer par ce dessin. Il symbolise qui nous sommes et d’où nous venons pour mieux y retourner 😊!

Robin

UNE terre, UNE eau, UNE femme

Raphaël :

Notre humanité a un problème d’eau potable mais nous avons aussi échangé sur le fait que l’eau est associée aux émotions et au féminin. Peut-on dire que ce problème d’eau potable est symboliquement très révélateur des déviances/blocages de notre humanité vis-à-vis du Féminin ?

Réponse de Robin :

C’est un vaste sujet que de répondre à savoir s’il y a une corrélation entre les soucis d’eau potable et le féminin ! Tu aurais pu dire entre l’eau, la terre, le féminin et les hommes …

Je suis petit-fils d’agriculteur, de ce fait, ma vision de notre planète est puissante car j’ai baigné depuis mon enfance dans les cadeaux merveilleux et gratuits qu’elle nous offre en toute générosité à chaque seconde. Mon grand-père était cultivateur et précurseur de méthodes écologiques de cultures céréalières, il avait un amour et un respect immense pour la terre. Avant son départ, il fût plongé dans une affliction totale face aux dégâts que l’agro-industrie engendre sur cette terre.

Pour la petite histoire, de son vivant, ma grand-mère, épouse de ce grand-père cultivateur m’a dit je ne sais combien de fois : « Tu sais, si ton grand-père revenait maintenant sur terre, il ne voudrait pas rester une seconde et demanderait à repartir tout de suite tellement il souffrirait de voir ce que l’homme, l’humain si intelligent, a fait à la terre. Voir l’état de la terre lui serait totalement insupportable ! « 

Je partage à 1000 % le point de vue qu’aurait mon grand-père. Désolé mais l’égarement est tellement immense, j’ose à peine garder mon œil ouvert sur l’étendue des dégâts tellement c’est douloureux. Mon grand-père et ma grand-mère (qui n’était pas en reste vis-à-vis de son époux) m’ont transmis, légué des connaissances, des savoirs, des valeurs avec lesquelles j’ai grandi, je me suis bâti, eux sont partis, moi je suis ici …!

Eau  potable ou pas, c’est toujours la même eau, il n’y en a pas 2 sortes d’eau sur terre, l’eau que nous buvons est celle des océans qui par évaporation forme des nuages qui viennent arroser, fertiliser la terre, remplir les nappes phréatiques, former les glaciers qui se transforment en eau douce, douce mer/mère …

La terre est une terre, le féminin, elle, est notre mère nourricière, celle qui nous permet de vivre, nous donne la vie afin d’expérimenter le vivant, la vie aussi bien matérielle qu’immatérielle.  Elle nous est juste prêtée et cette notion est d’une extrême importance. Prêter à nous, humains, ainsi qu’à une multitude d’autres formes de vie toutes aussi importantes voire plus importantes, INDISPENSABLES que la notre ! Que serait notre existence sur terre si toute la faune et la flore n’existait pas ? Nous ne pourrions simplement pas exister ! Arrêtons de nous croire le centre du monde, de nous croire si important, cette vision est éculée et débile.

L’eau, le  »O », là aussi est le féminin. Sans cette eau aucune vie de peut exister, nous ne pouvons nous passer d’elle. C’est aussi cette eau qui nous met au monde dans le ventre de nos mères. Cette eau sur terre est le liquide amniotique par lequel tout est venu au monde. Toutes les premières formes de vie se sont développées dans l’eau, matrice originelle du vivant tout comme les végétaux de la terre ont eu besoin d’eau pour être créés par la vie, pour la vie. C’est l’exact réplique des ventres de nos mères, matrices créatrices de vie. Elles sont, elles-aussi sources de création de vie, du vivant. A bien y regarder, j’y vois une fractale. Quelles différences fondamentales dans leur fonction y a-t-il entre les mers qui créent le vivant et nos mères qui créent la vie dans l’eau, fondamentalement où est la différence ?! Ces 2 eaux, celle de la terre et celle de nos mères, sont 2 liquides amniotiques créateurs du vivant, chacun sous leur forme, chacun à leur échelle de grandeur, chacun dans leur rôle, dans leur fonction, matrice, créatrice de la vie et du vivant si semblable.

grossesse-03

J’enfonce des portes ouvertes mais nous sommes constitués de +/- 75 % d’eau, tout comme la terre, curieux non ? Cette création, la terre ressemble fort à cette création qu’est l’humain. La vie, le vivant sort des eaux pour l’un comme pour l’autre ! Curieux non ! D’ailleurs, à bien y regarder, ne devrions nous pas appeler cette terre, la planète mer ou la terre mère puisque sa plus grande partie visible est de l’eau de mer/mère…

C’est évident, il y a un souci majeur sur notre terre, la planète « mère », avec le féminin dans son ensemble. Les premières victimes à grande échelle sont la terre et l’eau étant l’une et l’autre ravagées, saccagées par l’homme. A l’excès, le masculin est une énergie en quête perpétuelle de pouvoir qui cherche à dominer, contrôler, exploiter, gagner. Elle recherche la gloire et le profit par la marchandisation du vivant. Nous parlerons bien évidemment du Féminin sacré qui manque tant à cette humanité si dure et nous reparlerons aussi du masculin sacré et de son mauvais emploi par les hommes. Mais pas tout de suite, c’est un sujet sur lequel beaucoup de choses ont déjà été dites et écrites.

En prenant de la hauteur, ce que je vois c’est que tout l’argent de ce monde, n’est rien d’autre que le sang de millions d’êtres humains. Cet argent est la somme immense de la dévastation de la biosphère et de tous les écosystèmes. Tout ce carnage pour du papier et des chiffres virtuels sur des écrans d’ordinateur, c’est tellement… je n’ai pas de mots, je ne vois que des maux ! Certains diront : « oui mais c’est l’évolution »… Est-ce qu’une évolution passe par la destruction pour s’enrichir ? Est-ce que l’on ne se voile pas la face comme l’autruche qui plonge la tête dans son trou ?! J’y vois plutôt une forme de régression, pour le moins un égarement total pour rester courtois. A mes yeux, une évolution est d’offrir plus que ce que l’on prend, évoluer c’est être une valeur ajoutée, un + et non un -.

Passons sur ce carnage momentanément car le sujet est vaste en fait.

Revenons sur nos modes de cultures agro-industriels et là, c’est un véritable viol des sols et l’empoisonnement de notre eau que nous pouvons observer. On laboure la terre, nous la violons, nous y creusons des sillons qui tuent toutes vies animales et microbiennes dans les sols. Et en prime pour couronner le tout, nous la bourrons d’intrants chimiques, d’engrais et pesticides, insecticides chimiques nauséabonds que nous diluons dans l’eau pour les répandre. C’est un véritable assassinat du vivant jamais égalé sur terre. Des champs d’horreur moribonds où poussent des céréales et végétaux tout aussi moribonds qui finissent dans le ventre d’animaux qui deviennent malades et fous pour finir dans nos ventres, nous rendant malades également ! Comment échapper au cancer et autres maladies en ingurgitant la mort elle même ?! C’est d’une telle inconscience, un abîme !

 

La terre, nous la labourons et la bourrons, nous ne faisons que la bourrer comme des bourrins ! Mais quand est-ce que nous caressons ? Quand est-ce que nous aimons, protégeons, servons, restituons tout ce qu’elle nous offre en toute gratuité ? Quel manque de reconnaissance en fait, quelle outrecuidance vaniteuse que cette maltraitance de notre mère nourricière… Tiens, à bien y regarder, comment traitons nous les femmes de cette terre, les mères nourricières de chaque famille et nos enfants, le produit de nos labours… ? Je m’égare…. Mais il y a là quelque chose sur laquelle je reviendrai plus tard. Tu sais, cette façon dont nous plantons nos graines… J’ai évoqué le fait que nous étions des jardiniers qui cultivions notre réalité par les graines que sont nos pensées, paroles et actes que nous semons à chaque seconde. Que dire des graines et de la façon dont nous les plantons dans nos femmes ainsi que de l’utilisation du plantoir…. ? J’y reviendrais, tu peux compter sur moi mais c’est un sujet « délicat » autant que tabou alors qu’en fait, il est le miracle des miracles, mais si mal compris, si mal vécu, si mal utilisé !

Pour en revenir au sujet, oui nous pouvons, devons faire le constat qu’il y a un souci avec le féminin car comme dit plus haut, tout ce qui est féminin ici sur terre semble complètement incompris conduisant à son avilissement et son abus, sa maltraitance, chemin direct à notre effondrement.

UNE terre, UNE eau, UNE femme, 3 féminins, toutes 3 porteuses de vie, toutes 3 donnant, offrant, créant la vie, le vivant sont en fait les 3 composantes du vivant les plus maltraitées, exploitées, avilies sur cette planète. Mais de quoi l’homme a-t-il si peur pour tenter de détruire le Féminin d’une telle façon ? Qu’est ce qui fait peur à l’homme pour maltraiter d’une telle façon tout ce qui est féminin, tout ce qui porte la vie, l’engendre, la créer, co-créer, re-créer depuis des siècles ? Quelle est cette peur ? Car une telle attitude vis-a-vis du féminin ne peut être vue, comprise, que sous la forme de la peur puisqu’il y a, de toute évidence, tentative de destruction « inconsciente » de ce qui est féminin. Cette peur semble tellement immense qu’il faille détruire la cause de cette peur, croyant de ce fait, pouvoir lui échapper.

La peur de ce qui porte la vie, ce qui créé la vie… pourquoi une telle attitude ? Est-ce que l’homme aurait peur de vivre, d’être en vie, d’être vivant ? D’où vient cette peur d’être en vie, d’où vient cette peur du vivant ? …. ah oui … !  La mort ! Voilà bien la grande peur des hommes, mourir. Alors pour échapper à la mort, il veut profiter, s’enrichir, conquérir, marquer l’histoire, posséder, dominer, trouver des substituts dérisoires lui donnant l’illusion d’être heureux avant de mourir. Alors, si nous regardons de plus près encore ou avec plus de hauteur, la stratégie de l’homme ayant peur de la mort est de lui échapper en tuant le vivant pour le profit et l’exploitation. S’enrichir pour jouir du plaisir qui détruit… hum, hum, merveilleux concept de la vie, génial, quel génie ! Quelle intelligence alors, quelle belle évolution ! Quelle grandeur ! Quelle beauté, on en reste béat !

Tu crois que je raconte des sottises, n’y a-t-il pas une grande vérité dans ces propos ?

Mais continuons un peu notre réflexion de départ sur la peur du féminin, la peur de ce qui créé la vie. Est-ce que ce n’est pas de cette toute puissance bienfaisante dont l’homme a peur ? N’a-t-il pas peur de ce féminin si sacré et de ses 3 éléments que sont : UNE terre, UNE eau, UNE femme ? Nous pouvons nous poser la question de façon tout à fait légitime, car OUI ces 3 éléments fondamentaux assurent la pérennité de la vie, du vivant. Ce sont les 3 fondamentaux les plus maltraités, les plus pollués, les moins respectés, les plus incompris, les plus exploités, les plus détruits pour des profits, pour gagner sa vie plus que la vivre. Et où tout cela nous conduit-il ? Sans aucun doute à de très très grandes difficultés et à un défi majeur pour cette humanité.

Que pouvons-nous déduire de cet état de fait ? Et bien tout simplement que le vrai message Christique n’a pas été compris, conscientisé par l’humanité. Rien, ou pas grand chose de la profondeur de son message, n’a été incarné sur la planète « mère ».

Quel était ce message ? La révélation d’un féminin sacré inhérent, intrinsèque à l’expression la plus noble, la plus pure de la vie et du vivant. Cette expression est celle de l’AMOUR, de la générosité, du partage, du don de soi, de l’altruisme bienveillant que réalise chaque jour à chaque seconde les 3 fondamentaux féminins de la création, à savoir : une terre, une eau, une femme. Ces 3 sources séculaires, multi-millénaires créent, recréent, co-créent du vivant, de la vie, la Création. Et ce, à l’infini depuis des siècles et des siècles pour des siècles et des siècles.

Au cœur de la kundalini

Nous avons parler de la kundalini lors de ta présentation (ici). Comment fonctionne cette kundalini, d’où vient-elle ?

Raphaël

La kundalini est la puissance de l’énergie sexuelle fécondante, elle féconde notre corps et  notre esprit en se déployant et en nous adoubant.

C’est aussi un nettoyage dans le sens où son déploiement « nettoie » toutes les scories négatives accrochées au corps et dans le mental. Elle est un feu divin qui calcine tout par sa pure présence d’amour. Elle est un flux perpétuel qui sous-tend toute la création depuis la nuit des temps et pour l’éternité. Elle est cette onde bienfaisante d’amour total, ultime, qui féconde et façonne la matière depuis des siècles pour des siècles.

Qu’est ce que l’énergie, la force sexuelle ?

C’est la force, l’énergie la plus puissante, la plus pure, la plus noble, la plus sacrée de la création, de l’Univers, elle est l’énergie, la force principale, fondamentale, primordiale de la création. Elle est bien au-dessus de la gravité, de la pesanteur, des lois d’attraction et tutti quanti… Ces forces ne sont que ses enfants, ses créations, ses attributs en quelque sorte car c’est l’énergie sexuelle, si puissante et sacrée, noble et pure, qui a crée toute cette matière. Elle la crée, la recrée, la co-crée depuis des siècles et des siècles pour des siècles et des siècles. L’énergie sexuelle est le « moteur » de l’Univers.

Kundaini-guide-what-is-kundalini

Si nous regardons notre monde, tout, absolument tout dans la matière est sexué, a une sexualité : les hommes, les animaux, les plantes, et même le minéral. Tout, absolument tout est animé de l’énergie sexuelle, tout est vivant grâce à cette énergie, cette force présente partout dans l’univers. Et ce, du plus petit atome aux plus grandes galaxies, c’est elle qui crée, tend et sous-tend toute la création. Tout a été créé par paire, afin de perpétuer, pérenniser la vie, le vivant, DIEU.

Quand la supra-conscience, la vie, le vivant s’est crée, IL fallait qu’IL mette au point une force pour que sa création ne soit pas un « one shot ». Dieu voulait une pérennité à sa création c’est-à-dire à LUI-même; à qui IL EST afin de réaliser la plus grande expérience de qui IL EST ! Se voir dans la matière est le but primordial de sa création, de cette création.

Avant la création de toutes choses, c’est la première fonction à laquelle il a réfléchi, comment ME perdurer ? Comment ME pérenniser si je veux faire la plus grande expérience de qui JE SUIS ? S’il n’avait pas crée cette énergie qui sous-tend toute la création, ça n’aurait été qu’un ballon de baudruche gonflé et dégonflé en quelques secondes et ça, le sans nom ni tenait pas 😉 Cela n’aurait eu aucun sens ! Un peu comme si nous nous incarnions déjà adulte pour tourner 3 minutes sur un manège et puis hop, disparus !

Le big bang, est en fait une éjaculation sacrée de l’amour du père-mère, éjaculation sacrée insérant en son sein l’œuf et l’enfant, l’ovule et le spermatozoïde en quelque sorte. Certain appelle cela l’œuf cosmique source de toute chose car imprégné, fécondé du TOUT en expansion constante dès sa création. D’ailleurs cette création est un orgasme galactique. Dans chaque acte sexuel, la jouissance créé dans notre cerveau un big bang au niveau de l’épiphyse (alias la glande pinéale, l’oeil d’Orus) et de la glande pituitaire (l’hypophyse). Ce sont 2 glandes qui ont une fonction majeure dans l’équilibre physiologique et psychologique de notre corps. Au moment de l’orgasme, ces glandes fabriquent et envoient dans tout le corps humain un nombre incalculable d’hormones de toutes formes, natures et couleurs, c’est un feu d’artifice incommensurable. Notre big bang galactique est de même nature mais en des milliards et des milliards de fois plus puissant.

Un jour, je regardais un reportage sur la flore et les arbres plus spécialement, un scientifique interrogé donnait des réponses aux questions posées, et dans ces digressions, il dit ceci : « nous savons comment les arbres fabriquent la photosynthèse, comment ils captent le soleil par leurs feuilles et puisent les nutriments dans le sol pour grandir, mais nous ne comprenons toujours pas comment font les arbres pour pousser à de pareilles hauteurs en faisant fi de la gravité et de l’apesanteur ». En gros, la science ne comprend pas ce qui fait vraiment pousser les arbres à l’assaut du soleil. Là, je tombais des nues et ma réflexion immédiate fût de dire tout haut comme si je parlais à cet homme :  » mais c’est l’énergie sexuelle, couillon !  » 😉 Oui c’est cette énergie, cette force si sacrée, belle, pure, puissante et transcendante qui pousse l’arbre à pousser en dépassant les forces de gravité et de pesanteur. C’est tout dire de l’importance capitale, primordiale de cette énergie qui sous-tend toute la création. Sa puissance est à manier avec discernement, noblesse et pureté si nous ne voulons pas qu’elle cause de graves dégâts…

Que savons nous de la relation entre l’arbre et le lierre ? 

Que la lumière soit et hop,  big bang ! Orgasme cosmique ayant crée toute la matière et ses lois d’expansion, de l’infiniment petit à l’infiniment grand, tout en ayant en leur sein cette énergie, force primordiale l’ayant fait naître à la lumière, dans la matière. La kundalini est le champ vibratoire de cette énergie sexuelle sacrée qui sous-tend la création pour qu’elle se pérennise, énergie que nous pouvons capter dans notre corps afin de nous illuminer, d’éveiller notre conscience au tout unifié, à l’UN, puisque tout est né et relié à la même source, au même père-mère de toute chose.

Quand nous disons que Dieu n’est ni homme ni femme mais les 2, il en va de même pour nous puisque nous sommes habités des deux énergies, seulement nous avons choisi en nous incarnant une polarité masculine ou féminine. Mais fondamentalement nous sommes constitués des deux. Dieu « incarne », vibre en permanence les 2 polarités, il n’a pas fait de choix, IL EST ces 2 sources de félicité, de joie, d’amour total et inconditionnel pour LUI-même et sa création.

Cette humanité ne tient absolument pas compte de cette force, de cette énergie encore si mal connue, comprise, conscientisée, cette méconnaissance est source de très graves problèmes, et nuit à la croissance en conscience de notre humanité. La méconnaissance de sa puissance engendre des troubles énormes qui impactent directement notre évolution tant individuelle que collective.

Mal se servir de cette force, mal utiliser cette énergie si sacrée et si pure, c’est se tirer une balle dans le pied, c’est s’amputer de la plus belle et pure des vérités de la création, co-création, procréation !

Je viens de regarder un reportage intitulé : « Au cœur de la kundalini ». La plupart des témoignages entendus sont faits par des êtres qui étaient « pollués », bloqués dans leur processus d’expansion de la vie en eux, pour d’autres ce fût une pratique dans le but de la faire monter en eux pour connaître l’éveil. Je me rends compte que mon expérience fût assez différente de ce qui y est dit. Elle est similaire, identique à ce que les témoins décrivent dans les processus de déploiement, mais je sais maintenant avoir vécu quelque chose de beaucoup, beaucoup plus intense par le fait que depuis mon enfance je n’ai jamais été coupé de cette kundalini. Mon dos a toujours vibré de façon intense et depuis ma plus tendre enfance mon plexus se dilate dans des vagues d’amour inouïes.

Régulièrement quand j’étais en contemplation, dans la Joie, je sentais venant de mon coccyx une énergie monter en moi jusqu’au dessus de ma tête et avec un point de jonction, « d’arrêt » très intense au niveau du cœur, le plexus solaire. Dans ces moments-là, il était complètement dilaté, comme si mon plexus débordait de mon corps sur les 10 mètres à la ronde. C’était comme des vagues de chaleur, douces, intenses qui me traversaient et rayonnaient tout autour de moi, mon cœur, mon plexus solaire était comme un soleil qui éclairait tout ce qui l’entourait d’amour, de Joie, de paix, de gratitude, de compassion.

Dans ce documentaire, un des intervenants parle du fait qu’il y a 2 kundalinis, une tellurique qui pulse du sol, et une qui passe par le dessus du crâne nous venant des mondes subtils, cosmiques. C’est tout à fait juste, il a bien vu et compris la mécanique de la kundalini, l’inspire et l’expire de la lumière divine qui unit haut et bas, gauche et droite, ombre et lumière, chaud et froid….

Mon expérience fût la rencontre de ces deux kundalinis à une puissance phénoménale. Mon plexus solaire que j’avais un peu oublié s’est remis en expansion, en totale expansion de gratitude et d’amour inconditionnel et en même temps la kundalini cosmique venant des mondes subtils, rentra dans mon crâne par le 7ème chakra pour me traverser par le  haut de façon toute aussi intense. Ces deux kundalinis eurent pour point de jonction, de fusion, mon plexus solaire. Il ne débordait plus de quelques mètres mais était tout, il englobait la création entière, je n’étais plus qu’un avec le grand TOUT de l’Univers. C’est la connexion de ces deux kundalinis qui a ouvert ma conscience au grand TOUT, qui m’a permis de voir et d’entendre tout ce que l’Univers avait à me dire, me faire voir, me faire entendre, conscientiser.

Lorsque cet événement se produisit, j’eus belle et bien la sensation que le démarrage de l’expérience se fît par le premier chakra. Et en même temps, j’eus une forte impression qu’une force, une énergie, entrait par le dessus de mon crâne via le septième chakra. C’était puissant et en même temps je sentais, voyais bien que les énergies venant du bas et du haut, du premier et du septième chakra, réalisaient leur jonction dans mon cœur. Ces énergies fusionnaient, se connectaient dans mon plexus solaire.

Il est un peu triste de voir que certains expliquent leur expérience mais en passant par le mental. Malgré cette expérience tout n’a pas été vu et compris et certains tiennent des propos non appropriés, des faux constats peuvent conduire à l’égarement. Ce n’est pas grand chose mais ces erreurs risquent d’induire d’autres personnes en erreur. Je ne citerais pas de nom ni d’exemple, chacun reçoit et comprend ce qu’il est capable de porter.

Ce qui m’a le plus dérangé à la vision de ce reportage intitulé  » au cœur de la kundalini » est qu’une personne, interviewée sur son expérience de déploiement, dise que seul l’homme aurait une conscience !!!

Un arbre n’est qu’un arbre, juste une plante …. ah misère !

Si un jour j’en ai la possibilité, je dirais à cette personne que tout a une conscience ! Si elle a un chat ou un chien, ne l’a-t-elle jamais observé pendant son sommeil ? Ils gémissent, font bouger leurs pattes comme s’il couraient, ils grognent, sifflent, on peut voir qu’ils sont animés d’une vie intérieure car en fait ils RÊVENT. Et seuls les êtres dotés de conscience rêvent !! Il en va de même pour chaque animal !

Pour les arbres, un jour, je regardais un documentaire sur une région d’Afrique où vit une antilope appelée le « koudou ». Cette antilope se nourrit essentiellement de feuilles d’acacias et quand la population de koudou est trop importante, l’ arbre sécrète dans ses feuilles un poison qui tue les koudous ! Pour une simple raison, sa pérennité ! En effet, s’il y a trop de koudous et qu’ils mangent toutes ses feuilles, elles risquent de le tuer, l’arbre empoisonne les koudous afin de survivre ! Est-ce que l’arbre, dans ces conditions, n’a pas une conscience de lui-même engendrant un instinct de survie ? Mais plus beau encore, chaque acacia communique avec les autres arbres à la ronde, qui eux-aussi, sécrètent un poison dans leurs feuilles, garantissant de ce fait, leur propre survie mais aussi celle des koudous car s’il n’y a plus de feuilles, il n’y a plus de koudous. Est-ce-que ce n’est pas une forme de conscience de lui-même qu’a l’arbre en mettant au point une stratégie de survie pour lui-même et son entourage direct ? C’est vraiment peu connaître la vie, le vivant que de dire que seul l’homme a une conscience, pourtant, elle a vécu un éveil de kundalini.

kudu

Et que dire de l’eau, elle est sûrement la plus grande conscience de cette planète Mère ! Les expériences de monsieur Masaru Emoto en sont les preuves évidentes et indiscutables, toute la vie a une conscience propre à son genre, en affinité avec sa nature. Ce que nous devons prendre en compte, prendre en conscience, c’est que tout vit, tout est vivant, tout est conscience. « L’inconscience » est l’attribut de l’humain, c’est l’outil nécessaire pouvant lui permettre de redevenir, revenir à la conscience, au SOI par la bonne utilisation de son libre-arbitre. Elle lui permet d’incarner les choix justes en vivant en syntonie au travers des lois ontologiques du vivant.

 

Les lois ontologiques, si importantes et si méconnues !

Les questions référendaires que tu évoques auraient pour but de respecter les lois du vivant, les lois ontologiques. Peux-tu rappeler quelles sont ces lois ontologiques ?

Raphaël

 

Il y a plusieurs variantes à la définition de l’ontologie, elles sont toutes un peu identique. Pour ma part je la vois comme l’étude naturelle de l’être (toute étude a pour but une meilleure connaissance et compréhension d’un sujet afin d’en tirer la quintessence pour un mieux vivre). Qu’est ce que l’être ? C’est nous, être humain et la nature qui est aussi un être nommé Gaïa.

Maintenant qu’est ce que les lois ontologiques ? Et bien c’est l’étude des principes fondamentaux de la nature, de l’être dans ses fonctionnements naturels.

Vivre à travers les lois naturelles, c’est tout simplement observer, voir les principes fondamentaux et élémentaires de la nature afin d’être naturel, nous couler dans les principes élémentaires et fondamentaux de la vie, du vivant, de la création et ses créatures. Etre en syntonie avec ses principes créateurs et co-créateurs de la vie, du vivant.

chickens

Quels sont les principes fondamentaux et élémentaires de la vie, du vivant, de la nature ? Si nous prenons la peine d’observer attentivement, elle est l’interdépendance, l’interconnexion par l’entraide afin d’entretenir de façon harmonieuse sa pérennité, sa création, co-création, re-création.

Elle est l’émulation de différentes formes de vie qui se tiennent et se soutiennent, s’inter-pénètrent pour continuer les cycles de vie à travers la permanente impermanence.

Si nous regardons la nature avec un œil plus ouvert, averti, aimant, nous pouvons observer qu’elle n’est pas en compétition mais en émulation dans un système d’échanges et d’auto-régulations pour que chaque être vivant participe à la pérennité et la croissance de la vie, du vivant. Nous pouvons observer qu’en fait la Vie ne détruit rien, même si la « mort » en fait partie, la Vie s’expanse en harmonie constante. Et ce par cycles de régénération interdépendants dans la permanente impermanence.

Hoverfly_January_2008-6

Quand ces principes fondamentaux et élémentaires d’interdépendance, d’émulation et d’harmonie sont vécus, incarnés, ils ne sont plus des principes mais deviennent des lois. Des lois logiques pour une vie harmonieuse et épanouissante pour chaque forme de vie. Ces principes, ces lois, n’ont rien à voir avec les lois humaines, absolument rien.

Les lois humaines sont des jugements qui nous disent, ceci est le bien, ceci est le mal, ceci peut être fait, pas cela, ceci est juste, cela ne l’est pas. Ce sont des codes moraux qui voudraient, tentent de créer une vie épanouissante et harmonieuse pour chacun… en principe.

Les lois naturelles ne fonctionnent pas avec des notions de bien ou de mal, la nature est bien au-dessus de ce principe dualiste, binaire. Elle cherche et recherche sans cesse à se parfaire, à s’épanouir, à s’expanser, à créer l’expérience de qui elle est sous de multiples formes par l’émulation, l’entraide, l’interaction et interdépendance, l’inter-connexion  de toutes les formes de vie créées par/pour sa pérennité.

Les exemples de cette émulation interdépendante et de connexion sont nombreux et existent sous de multiples formes. Les arbres comme le plancton et les baleines fabriquent de l’oxygène, les abeilles qui butinent les fleurs fertilisent d’autres fleurs ce qui pérennise leurs existences, leur vie. Certains oiseaux mangent des « parasites » sur le dos des gros animaux et aident à leur survie tout en se nourrissant. Le végétal aussi a des systèmes dans lesquels il aide à son auto-fertilisation en s’appuyant les uns sur les autres (je pense ici au reportage de Jean-Marie Pelt : « le monde des plantes »). Les champignons fécondent les forêts. Je ne vais pas tout citer mais il existe des dizaines et des dizaines de reportages sur la faune et la flore qui montrent et expliquent ces modes de fonctionnement interdépendants. C’est l’intelligence du vivant, de la nature, de la création et de ses créatures. La seule créature qui ne s’intègre pas dans ce système d’émulation interdépendante, c’est l’humain qui veut tout contrôler. L’être humain veut faire des profits, gagner de l’argent sur le dos du vivant en total irrespect et incompréhension de la vie, du vivant et des lois naturelles donc ontologiques. L’incompréhension autant que la prétention d’être supérieur, engendre la destruction massive des  formes de vie par sa sur-exploitation.

Pour vivre en harmonie, en syntonie au sein des éléments, de la nature, nous devons simplement nous fondre dans ses lois, dans ses principes élémentaires et fondamentaux de pérennité de la vie, du vivant. Nous ne sommes pas en dehors, à l’extérieur de ce système mais complètement enchevêtrés et dépendant de ce système.

L’incompréhension de cette dépendance nous a conduit à la situation prédite par beaucoup de notre prochain effondrement. C’est le résultat inique de notre incapacité à vivre aux travers des lois, des principes ontologiques de l’être total et immense qu’est la création, la vie, le vivant.

Robin.

Si nous sommes tous dans la lumière il sera comme midi sur terre et l’ombre n’aura plus qu’une très, très, très courte portée !

Raphaël :

Tu évoques le fait que certaines âmes ne pourraient pas s’incarner sur terre à cause d’une fréquence vibratoire trop élevée. Tu évoques aussi l’équilibre nécessaire du bien et du mal, l’un ne peut exister sans l’autre. Aussi je m’interroge, si la « lumière » s’amplifie sur terre, va t-on assister à un accroissement proportionnel de « l’ombre » sur terre ? Cette « ombre » peut-elle se déplacer sur une autre fréquence vibratoire et ne plus faire de dégâts sur terre ?

 

Réponse de Robin :

Raphaël…  si la lumière augmente sur terre et bien il y aura beaucoup moins de place pour l’ombre puisque, qu’est ce qui créé l’ombre ? Qu’est ce qui engendre l’ombre ? … LA LUMIERE ! Sans lumière, l’ombre ne peut exister ! Exemple, si tu es dehors en plein été à midi, c’est-à-dire en pleine lumière puisque le soleil est à son zénith, le moment où la lumière est la plus intense, où est ton ombre ? Il n’y en a plus, elle a disparue ! 😊 L’ombre revient quand la terre tourne, s’abaisse face au soleil, sort de son zénith, de son point le plus brillant.

Si nous sommes tous dans la lumière, c’est-à-dire dans l’Amour, en plein zénith de notre amour inconditionnel, il sera comme midi sur terre et l’ombre n’aura plus qu’une très, très, très courte portée.

Si nous sommes tous au zénith de notre amour inconditionnel, le taux vibratoire individuel et collectif va monter en puissance et ceux d’une vibration plus basse ne pourront s’incarner. Pour donner une image, ils seraient un peu comme des mouches prises dans un appareil électrique qui les carbonise dès qu’elles approchent de la source de lumière.

Qu’est ce qu’un taux vibratoire ? C’est la vitesse de rotation à laquelle tournent toutes les cellules et particules atomiques et sub-atomiques qui constituent ton corps, plus tu ouvres ta conscience, plus tu fais monter ton taux vibratoire.

Un autre exemple, si tu rentres dans une pièce au plafond et aux murs pleinement éclairés, donc en pleine lumière, tu feras vite le constat qu’il n’y a plus aucune ombre portée ! La lumière est partout et l’ombre disparaît, cela ne veut pas dire qu’elle n’est plus là, elle existe toujours mais elle n’a plus de place où se poser, où exister où se porter. Mais il suffit que le plafond s’éteigne, qu’il y ait une baisse de lumière et l’ombre fait son retour !

terre-soleil

La dualité, illusion du mental

Les opposés s’attirent et partagent les mêmes énergies. Finalement un sioniste et un antisémite se ressemblent plus qu’ils ne croient, idem pour un athée et un fanatique religieux ou encore un syndicaliste et un politique au pouvoir. Sortir de la dualité c’est donc sortir des combats, des revendications, des manifestations ?

Raphaël

 

La dualité, voila un sujet intéressant.

En fait la dualité n’existe pas, elle n’est que l’expression de la domination de l’intellect, du mental qui veut garder le pouvoir sur notre être, notre soi, pour nous empêcher d’être libre et de trouver la joie, la félicité, l’extase et la plénitude de l’être. La dualité est de croire qu’il y a une gauche et une droite, un haut et un bas, un devant et un derrière. Tout cela est faux et n’est rien d’autre que l’interprétation de notre intellect, du mental. La dualité veut tout opposer plutôt que tout réunir, unir, car en fait, il n’y a ni gauche, ni droite, ni haut ni bas. Il n’y a pas d’intérieur ni d’extérieur, ce sont juste des « mesures » inventées par l’homme qui cherche constamment à peser, mesurer, diviser… diviser pour régner est ce que préfère réaliser notre mental !

Certes il y a un côté pratique à connaître la gauche et la droite, le bas et le haut, mais c’est juste pour être pratique, savoir se situer sur terre et créer des modes de déplacement. Mais c’est en vérité sans fondement réel par rapport à l’Etre, au Soi, à la conscience. La conscience se moque de tout ça, l’Etre se moque éperdument de tous ces concepts, IL/ELLE EST ! IL est partout et en tout, il nous appartient de le retrouver pour mettre fin à la dualité, au monde des projections, des croyances qui nous rendent tributaires des événements extérieurs qui nous arrivent à chaque instant dans nos vies. Tant que notre SOI, notre être n’est pas retrouvé, nous sommes comme des boules de flipper qui se cognent aux éléments placés dans la machine et qui nous font aller en tout sens, sans aucun contrôle de notre part. Retrouver notre Soi, lâcher le mental, c’est être une boule de flipper qui s’extrait du flipper, qui ne se cogne plus aux éléments de la machine et qui choisit librement son chemin sans se cogner et rebondir en tout sens.

Revenons à cette gauche et droite, ce concept existe par rapport à qui, à quoi ! Si tu regardes la terre dans l’univers, est-elle à droite, à gauche, en bas, en haut ? Où est-elle dans l’Univers ? A la gauche de quoi ? A la droite de quoi ? En bas ou en haut de quoi ?  Elle EST, point à la ligne. Notre être, notre soi est comme notre planète, Il EST là et partout à la fois. Or, quand nous désirons définir les choses de telles formes, couleurs, lieux… nous sortons de l’être en entrant dans la dualité qui cherche à opposer ce qui ne l’a jamais été ! Et où se trouve l’être, le Soi ? Dans la vacuité de l’instant présent, dans l’accueil de notre être, dans l’ici et maintenant. Le reste ne sont que des histoires que l’on se raconte en réaction à nos émotions, pensées inscrites dans la mémoire.

AAEAAQAAAAAAAAuyAAAAJDVhZjNkOGE5LTc5YjQtNDc3My1iOWFlLTM3Nzc4MzZkZGMyMQ

Sortir de la dualité, c’est mettre fin aux croyances de bien et de mal, c’est arrêter d’opposer ceci à cela. Tout ça ne sont que des conceptions du mental nées de croyances, de formatage de notre société qui veut tout trier, mettre dans des cases, des tiroirs en définissant les choses de telle ou telle manière selon des émotions, des pensées, des croyances, des formatages. Il n’y a que des phénomènes qui fonctionnent et d’autres qui ne fonctionnent pas, des choses qui nous font avancer en conscience avec la conscience et d’autres qui en sont les freins, les blocages. La dualité en est une, car elle cherche à diviser ce qui a toujours été UN .

La dualité naît de l’idée qu’il faut diviser, différencier, les bonnes et les mauvaises choses. La dualité naît du mental qui créé l’égo, celui qui veut le contrôle et interprète les pensées et émotions comme étant réelles plutôt que de les laisser pour ce qu’elles sont. C’est-à-dire juste des pensées, juste des émotions, des réactions à des croyances, des blessures, des souvenirs, des expériences bonnes ou mauvaises enfouies dans la mémoire. Mais cette mémoire n’est pas qui nous sommes, elle n’est que la somme cumulée de nos sensations, pensées, émotions. Cette mémoire est la somme des ersatz auxquels nous nous sommes identifiés avec notre mental et qui nous définissent. Notre mental aime créer des images, un imaginaire né de ces mêmes croyances et expériences des mondes phénoménaux* qui s’impriment sur le mental.

Quelle image donner comme exemple ? Dans un ordinateur, il y a un disque dur sur le lequel est stocké tout un tas de fichiers, d’informations. Mais ce disque dur n’est pas l’ordinateur, il y a plein de composants à cet ordinateur : l’écran, le clavier, la souris, etc. La mémoire est comme le disque dur de l’ordinateur, elle a stocké des fichiers, des infos mais elle n’est pas toi, elle n’est pas qui on est, nous ne sommes pas notre mémoire. Or, si on s’accroche à cette mémoire, on rejouera encore et encore les mêmes scènes dans notre vie comme un disque qui déraille au même endroit. Et ce, parce qu’on s’est identifié à cette mémoire, à ces infos, à ces émotions gravées, stockées dans notre mémoire.

C’est la dualité, fruit du mental, qui nous fait croire qu’il y a des combats à mener. C’est la possession de notre mental qui nous conduit à vouloir combattre ceci ou cela, qui nous dicte celui-ci est bon, celui-là est mauvais. Ce ne sont que des interprétations nées de nos émotions, de nos pensées qui ont pris possession de notre soi, de cet être intérieur qui se situe, qui vit derrière ce mental. Le seul « combat » ou de façon plus douce, plus sereine, l’action à conduire dans ta vie, c’est de canaliser ce mental. Ne plus être dominé par lui, par ce politicien suprême qui divise pour régner.

Dans le plaidoyer (à lire ici), nous parlions de ces gens, ces oligarques et autres qui sont nés de cette dualité. Ils ne sont ni bons ni mauvais, ils sont justes ce qu’ils sont, des miroirs, des témoins, des signaux de nos errances, de nos erreurs, rien de plus. Comme déjà écrit, ils remplissent leur rôle à la perfection afin de nous reconduire, nous aider à revenir à plus de conscience, la conscience du SOI !

Notre réalité actuelle est la somme de toutes nos pensées et émotions contrôlées par le mental, tout ce qui n’est pas l’être, le Soi. Notre réalité n’est rien d’autre que la somme de toutes les boules de flipper qui se cognent n’importe où et n’importe comment. Notre réalité est assujettie à la machine du mental, elle est soumise au tyran de l’intellect, loin de l’être et du Soi. Notre réalité planétaire est un flipper contrôlé avec des boules incontrôlables et les points gagnés équivaut à l’argent qui est issue de tous les égarements. Ces boules de flipper dévastent tout car elles sont prisonnières du jeu des interactions dualistes du mental.

Quand tu fais l’expérience de l’éveil, de l’illumination, tu vois, tu vis dans ta chair, dans chacune de tes cellules, de tes atomes, qu’il n’y a pas d’extérieur et d’intérieur, tu vois que tu es partout à la fois. Je suis en toi et tu es en moi, je suis dans l’Univers et l’Univers est en moi ! Microcosme et macrocosme intriqués l’un dans l’autre ne font qu’UN. IL est qui IL est, une pure conscience qui fait l’expérience de qui IL est à travers chacun d’entre nous dans la matière.

Quand tu observes l’extérieur, tu ne vois pas l’extérieur tel qu’il est, il est juste interprété par ton mental en fonction de ta mémoire et ce qu’elle a stocké. Tu sais que nos yeux voient les choses à travers sa rétine, les images nous arrivent à l’envers, le cerveau traite l’image reçue et la renvoie sur un écran à l’intérieur de nous. Tout ce que nous observons sont des images intérieures que le mental interprète selon des émotions qui nous ferons juger ces images comme bonnes ou mauvaises selon notre mémoire. Mais ce n’est pas réel en fait, la réalité de l’être, du Soi est derrière ces phénomènes d’interprétation du réel.

Robin.

 * les mondes phénoménaux sont les mondes des pensées, des émotions, des ressentis, des sentiments, des intuitions, tout ce qui enclenche des phénomènes dans le mental.

C’est LA question que j’aimerais vraiment poser à tous ces gourous et sages du net !

De plus en plus de consciences s’éveillent vis-à-vis de la négativité du commerce de toutes formes et natures. Un nouveau modèle de société doit naître en ce monde et ce n’est que pas à pas que nous pourrons y arriver.

Il est simplement parfois difficile de voir que même la spiritualité est devenue un business pour bon nombre d’êtres.

Je suis donc désolé et présente d’avance mes excuses, je vous demande pardon si dans les propos qui suivent certains se sentent visés, culpabilisés, stigmatisés. Là n’est absolument pas le but de ce texte. Je n’accuse personne, mais fort de plus de 16 années à évoluer dans ce milieu d’ouverture de la conscience, de développement personnel, d’éveil spirituel, bon nombre de dysfonctionnements me sont apparus. Le paradigme reste le même, la forme change mais aucunement le fond.

Satsang-Swami-Atmananda-Udasin-Tiruvannamalai

Comme écrit ailleurs dans ces textes, un jour, la vie, le vivant, la supra-conscience, le sans nom, DIEU, le grand tout, demandera à ces commerçants spirituels : Qu’as-tu fais ? Qui as-tu vraiment été ? Là… mentir, tricher, se justifier sera complètement inutile et surtout impossible, ils seront seuls avec eux-mêmes et ça risque de ne pas être facile !

Etant passé par ce pesage de l’âme, c’est-à-dire la vision de tous les actes accomplis face à ce qui EST, qu’IL EST, ce texte est une mise en garde, un garde-fou.

 

Tout ce que j’ai écrit sur la dualité, le mental est exactement ce qui est dit par bon nombre de sages, d’éveillés, de gourous de toutes formes et natures, il y en a des centaines sur youtube. C’est bien et c’est fort appréciable, indispensable car ils permettent d’avancer vers une meilleure connaissance en conscience de l’être, du Soi, de notre vérité fondamentale, de connaître ce que Jésus disait :  » Le royaume de Dieu est en vous et autour de vous » C’est tout à fait juste, c’est la VERITE !

Ce que je leur « reproche », ce qui me « chagrine », est qu’ils ne proposent pas de nouveaux modèles sociétaux. Ils expliquent comment sortir du mental, en nous disant comment sortir de cette prison née des pensées et émotions. Mais rien sur comment vivre la paix en communauté, comment incarner le bien commun ? Faut-il continuer de vivre d’échanges commerciaux, d’achat et de vente ? Devons-nous continuer la marchandisation du vivant ? Allons-nous enfin vivre ce qu’est pour moi la définition du bien commun en sachant donner, offrir gracieusement à autrui ce qui lui est nécessaire pour vivre et qu’autrui sache nous offrir gracieusement ce qui nous est nécessaire pour vivre ? Un toit, de la nourriture, des vêtements, de quoi nous déplacer, voyager, nous soigner, élever nos enfants, ne plus devoir « gagner notre vie » mais la vivre tout simplement ! Exactement comme le fait la nature, les éléments, le vivant. Quelle direction prendre ? Devons-nous tout miser sur l’hyper-développement de la technologie et les folies du transhumanisme que l’on cherche à nous imposer ? Devons-nous faire un retour à la nature, être plus naturel ou continuer nos modes de fonctionnement actuels ? Je suis aussi étonné du silence total concernant l’énergie sexuelle et ses liens, son emploi dans la création. Tout dépend de cette énergie !

Les enseignements spirituels sont très souvent justes mais l’échange de ces enseignements, le partage de ces enseignements est toujours basé sur la vente et l’achat. Il faut payer pour aller dans leurs stages, stages où ils vendent leurs bouquins et leurs tee-shirts ! Argent avec lequel ils achètent de grosses voitures, motos, maisons, propriétés. Certes, ils postent des vidéos sur youtube et elles sont gratuites mais le visionnage de ces vidéos leurs rapportent aussi de l’argent. Ils continuent d’entretenir la notion de commerce mais où est l’amour inconditionnel dans tout cela ? Là est la question que je me pose ?

Quels métiers exercent les personnes pour payer ces enseignements ? Font-ils tous du bio ? Vivent-il d’amour et d’eau fraîche où est-ce que la plupart de ces personnes exercent une profession participant à la marchandisation du vivant ? Est-ce que ces sages, à leur tour, ne finissent pas par participer à la marchandisation du vivant ? Ces maîtres écrivent des milliers de bouquins qui représentent autant d’arbres coupés. (J’ai très rarement vu des bouquins de ces maîtres écrits sur du papier recyclé !)

Si demain toute la planète vit l’éveil, comment vivrons-nous les-uns les-autres ? En continuant les commerces… ? A mes yeux c’est là que ça coince. C’est là que nous devons continuer d’évoluer en toute et pleine conscience.

18270794_1487249253.5508

Tout l’argent de ces sages, gourous, guérisseurs, maîtres de ceci ou cela, représente des fortunes ! Ce sont des millions qui sont déposés dans les banques chaque jour, contribuant au renforcement de ces mêmes banques. Ils continuent à donner du pouvoir et des moyens financiers aux entreprises qui détruisent, exploitent et participent à la destruction de la biosphère et de notre écosystème.

Sans doute est-ce une étape pour un mieux mais nous devons réellement faire attention, très attention, être d’une prudence et sagesse extrême si nous voulons garantir un avenir serein et équitable pour chaque être humain.

Tous ces banquiers, ces hommes d’affaires oligarques et leurs vassaux n’ont que faire du Soi, de l’être, de la conscience. Ils n’en ont rien à foutre, ça ne rapporte pas d’argent, ça ne remplit pas leur compte en banque et ne leur donne aucun pouvoir sur autrui.

Je vois là un cercle vicieux, nous sortons du mental mais pour vivre comment et de quoi ? Là est en fait le message que j’aimerai faire passer, celui de l’amour inconditionnel universel.

Chacun de ces « sages » travaille dans son coin, chacun de son côté. Ne vaudrait-il pas mieux qu’ils se fédèrent et se mettent en marche ? Écrivent ensemble, organisent des rassemblements, mettent en commun leurs avoirs, savoirs et connaissances pour influer davantage sur le devenir humain ? L’union fait la force n’est-ce pas ? Cette union est celle de l’UN.

Cet écrit est LA question que j’aimerai vraiment poser à tous ces gourous et sages du net. C’est le pourquoi de ce blog en fait.

Cette question, si elle est directe ne se veut en aucun cas accusatrice, mon envie est de susciter une mise en perspective, une prise de hauteur, une vision plus large de nos choix, de nos actions et modèles d’interactions sociétaux.

Moi aussi, je suis « coincé » dans ce paradigme économique et de ce fait, je dois « gagner ma vie » pour vivre/survivre. Ceci est complètement indépendant de ma volonté, c’est une obligation, une soumission à laquelle je dois me plier si je ne veux tout simplement pas vivre de très gros soucis pour ma simple survie. Je suis contraint et forcé de devoir vivre dans ce paradigme où le seul dieu unique planétaire est l’argent.

screen shot 2014-07-07 at 10.58.44 am

Toutefois, des stratégies peuvent être mises en place pour limiter de façon drastique nos besoins d’argent. Ces stratégies impliquent des choix de vie concrets souvent loin des préceptes de la société de consommation. Je fais ici référence aux projets colibris, qui font la promotion d’oasis, c’est-à-dire d’éco-lieux, d’éco-hameaux qui appliquent la sobriété heureuse. Ce sont des lieux de créations, d’initiatives qui placent l’être au cœur de leur démarche par la mutualisation des avoirs, savoirs, connaissances et compétences.

Ces éco-lieux tendent vers l’autonomie alimentaire et la sauvegarde de la nature car ils appliquent souvent les principes de la permaculture. Des solutions permettent aussi  d’être autonomes énergétiquement (poêle de masse, chauffe-eau solaire, phyto-épuration individuel…) Enfin, il existe maintenant tout un tas de systèmes et d’organisations qui prônent le bien commun sur l’individualisme.

 

Le parcours de Vie et l’éveil de la kundalini

998275_509791792440796_147788806_n-2

Quelques mots pour me présenter et parler du déploiement de ma kundalini vécue il y a quelques années.

Mon prénom est Robin et je suis belge d’origine, bien que cela ne veut absolument plus rien dire, comme beaucoup, je ne suis qu’un citoyen de la terre qui se tient loin des frontières et drapeaux de toutes couleurs et formes.

Mon parcours scolaire fût des plus courts, l’école fût pour moi une vraie prison tant physique que psychologique et mentale, un seul mot peut tout résumer : insupportable !

Je me sentais complètement privé de liberté, or je suis éperdument attaché à ma liberté, de mouvement comme de pensée.

Ma mère était enseignante… ce ne fût pas toujours facile, elle a eu beaucoup, beaucoup de difficultés à me comprendre et accepter mon point de vue. Je ne sais plus le nombre de « discussions » que j’ai eu avec elle sur ce que je pensais de l’école. Tout enfant je lui disais : «  ça me prend la tête toutes ces règles que tu m’imposes, je sens que si je prends ce chemin, je ne vais plus être libre, je me vois comme un train sur des rails qui avancent sans savoir où il va avec l’incapacité de voir les paysages qu’il traverse. Toutes ces règles me prennent de la place dans mon cerveau, elles me bloquent et sont un frein, des murs par delà lesquels je ne peux plus voir, observer la vie, la nature, le vivant  » ; Soit, pour elle je n’étais pas normal ! ( norme-mal …)

Ce prénom Robin a fortement influencé ma vie, mes choix, mon regard sur ce monde. Épris de justice et ne supportant pas l’injustice, Robin des bois… Ce sentiment m’a poussé à voir et comprendre les méandres de notre société et les chemins de l’âme.

Fortement croyant sans même y avoir réfléchi une seule seconde, c’était dans ma nature, les dieux que l’on me proposait sur terre me semblaient forts différents de ce que je pouvais observer chez les hommes et femmes de cette terre, dans le vivant, la nature, la vie. Depuis enfant, je disais à qui voulait bien m’entendre :  » tu veux être heureux, et bien fait comme la nature  ! « 

Ce Robin des bois m’a conduit à connaître, voir et sentir le vivant. Il a induit chez moi une forte compassion pour autrui mais aussi pour la vie.

Un autre Robin est venu influencer mes choix de vie, Robinson Crusoé, la première fois où enfant j’ai entendu parler de son histoire, un grand déclic s’est passé en moi :  » et si toi aussi tu te retrouvais seul sur une île, comment ferais-tu pour survivre ? « 

Cette réflexion a guidé mes choix de façon inconsciente, j’ai donc abandonné l’école très tôt pour travailler comme apprenti boulanger-pâtissier-chocolatier. Apprendre toutes ces recettes fût une vraie joie, une découverte de chaque instant, j’étais un alchimiste …

Ensuite, durant plusieurs années c’est le travail de saisonnier qui m’a attiré, je travaillais  l’été dans les récoltes des fruits et légumes en Suisse et l’hiver la Grèce pour les olives.

Entre-temps et après cette période, c’est le bâtiment qui eu mon intérêt, apprendre à bâtir et construire ma maison me semblait indispensable, l’émergence inconsciente de Robinson.

Fort de ces qualifications acquises après plusieurs années, là c’est la fabrication de vêtements, la couture qui m’a interpellé, intéressé. J’ai suivi des formations courtes pour apprendre et maîtriser les machines industrielles de confection et la maîtrise du patronage. Il s’agissait de réaliser des croquis et des modèles sur des patrons afin de les confectionner en tissus.

Aimant travailler de mes mains, maintenant c’est la création de mobilier en bois de récupération qui me passionne et aussi la culture vivrière. Ceci amenant cela, je suis autonome et n’ai besoin de rien pour vivre.

Mon art, sans que je le sache vraiment à l’époque, était empli de spiritualité. Pour moi, le vêtement était, est, un des vecteurs les plus importants de communication, il dit qui vous êtes. J’avais remarqué qu’il y a un langage universel sur la terre utilisé depuis la nuit des temps, les symboles !

Le symbolisme est partout, sur tous les continents et dans toutes les civilisations, il est identique dans toutes les cultures et folklores de cette planète depuis des siècles, le cercle, le carré, les triangles, les spirales, les étoiles, les courbes de l’ADN… ils sont multiples et sont la base, le fondement, les résumés de nos croyances, de nos cosmogonies, l’universalité de l’être.

Je créais donc des tenues qui tentaient de montrer cette universalité de notre humanité en utilisant les différents symboles employés sur la terre de tous temps pour unifier, donner à voir et sentir qu’il existait ce langage universel qui unit l’humain au-delà de toute religion, car chaque religion utilise les mêmes symboles pour parler de « leur » Dieu…

Pendant plus de 15 ans ce fût ma principale occupation, c’était en fait le chemin emprunté pour retrouver ma mémoire.

Puis, un jour, une grande épreuve est venue dans ma vie, épreuve ayant engendré une souffrance sans nom et celle-ci m’a conduit au déploiement de la kundalini m’ayant montré de façon nette et précise le pourquoi de ce symbolisme que j’utilisais dans mes créations artistiques.

L’Eveil de la Kundalini

Préambule :

Je dirais que depuis enfant j’ai eu la chance de vivre bon nombre d’expériences classées dans le registre de l’ésotérisme, voire du mysticisme alors qu’à mon regard, ces expériences sont tout à fait naturelles : la décorporation, la télékinésie, la clairvoyance, la médiumnité, la télépathie étaient pour moi « ordinaires » car vécues depuis ma toute petite enfance.

Je dois dire que j’ai eu la chance d’avoir un partenaire privilégié pour expérimenter tous ces champs du vivant, un frère jumeau, nous sommes monozygotes univitellins. Grand mystère toujours incompris de la science, un ovule fécondé par un spermatozoïde se séparant en deux pour créer deux êtres. Personne ne comprend ce mystère de la vie ! Bon, plus tard si l’occasion m’en est donnée, je vous en parlerais 😉

Ce UN devenu deux m’a permis très tôt de voir, vivre, sentir et expérimenter la télépathie ce qui bien évidemment, a suscité chez moi bon nombre de questions ayant trouvé des réponses dans toutes ces expériences. Depuis enfant, j’étais convaincu qu’un grand « secret » nous était caché quant à nos origines, facultés, dons, tout ce que je ne trouvais pas sur les bancs de l’école.

Fort de ces expériences d’enfance, j’avais acquis la certitude que l’esprit est plus puissant que la matière, que c’est de l’esprit que naît la matière.

La kundalini :

La kundalini est le déploiement des deux « serpents  » symboliques logés dans la région du coccyx et du premier chakra, ce déploiement est ce que recherche tous les pratiquants de yoga dans leurs exercices journaliers. Ces deux « serpents », sont deux canaux qui entourent la colonne vertébrale et les chakras en s’enlaçant ; de nombreuses images existent, une de celle que je préfère est le caducée.

Je n’ai jamais pratiqué aucun yoga mais j’ai toujours su, j’ai toujours eu l’intuition qu’un jour j’allais vivre une telle expérience, en quelque sorte, c’était la suite logique de toutes les autres expériences vécues.

Ce déploiement se réalise quand vos chakras sont alignés, tournent tous au même moment à la même vitesse dans un alignement parfait. D’autres facteurs entrent également en ligne de compte, un corps sain et nettoyé. Personnellement, elle s’est déployée après un mois et demi de jeûne m’ayant vu perdre pas loin de 30 kilos, des pensées d’amour inconditionnel et des prières intenses.

Tout ça fût pour moi le résultat d’une très grande souffrance, d’un pourquoi colossal qui finit par m’apporter toutes mes réponses.

Lorsque ce déploiement se réalise, il aboutit au 7ème chakra, la couronne qui nous apporte la connaissance car embrassée, adoubée par le divin. C’est le retour en toute conscience dans la conscience, dans le Soi, dans l’être, ce qui est appelé par des éveillés, le retour à la maison !

Cette période a duré trois mois pendant lesquelles cette kundalini s’est déployée à plusieurs reprises m’ayant conduit aux frontières les plus ultimes et magnifiques de la vie et de la mort.

C’est dans ces expériences à répétition que le monde, l’Univers, m’est apparu dans ses fonctionnements ontologiques, les lois divines qui nous ont crée, re-crée, co-crée l’Univers, l’inspire et l’expire du sans nom, de Dieu qui m’a pris dans ses bras, bras inouïs dans lesquels j’ai été aimé de façon totale et inconditionnelle, amour total m’ayant permis de voir à quel point notre humanité s’en était éloignée, avait chuté et cherche désespérément ce retour à la maison.

Cette expérience de la kundalini, si magnifique soit-elle, n’est pas « anodine » ou sans conséquence ! Cette expérience s’est présentée à moi de façon « sauvage », sans préparation en quelque sorte. Et pour ma part, ne connaissant pas ce phénomène, j’ai cru être devenu fou ! Il m’a fallu des années pour intégrer et comprendre ce qui m’était arrivé.

Pendant de longs mois, je n’étais plus « sur terre » mais dans un espace de vacuité intense, je n’avais d’ailleurs plus aucune envie de revenir sur terre devant tant de beautés et de merveilles. C’est tout un effort d’incarnation que j’ai dû réalisé par la suite. Retrouver une réalité dans la matière est d’une importance capitale si on ne désire pas être pris pour schizophrène ! Des personnes ont vécu ce phénomène et n’en sont jamais revenues, elles ont perdu la raison tant la puissance de l’expérience brûle tout ce que la personne croyait savoir d’elle-même et du monde. D’ailleurs, tout mon entourage a cru que j’étais devenu fou car la vérité de chaque chose, de chaque « vous » apparaît sans masque. Vous voyez ce qui est, vous n’êtes plus plongés dans l’illusion mais vivez dans la vérité la plus pure. Ce qui n’est vraiment pas facile à vivre dans ce monde où tous portent des masques, ceux de la dualité, du mental qui les emprisonnent.

Pour ceux qui connaissent le bouddhisme, le déploiement de la kundalini est l’image souvent montrée du Bouddha avec le cobra au-dessus de lui. C’est l’image symbolique de la kundalini qui, si elle n’est pas maîtrisée, peut aussi conduire celui qui connait cette expérience à se croire tout puissant et le faire tomber dans un égo surdimensionné qui l’égare loin, très loin de son but initial, connaître le monde, la création et la restituer.

Il y a maintenant beaucoup de livres qui parlent de ce phénomène, et pour ceux que cela intéresse, ils peuvent trouver tout un tas d’informations et témoignages de personnes ayant vécu cette expérience (livres, vidéos, il y en a à foison).

Je pense ici à un homme ayant témoigné de cette expérience, il a posté sur le net des vidéos ou il parle très bien de ce qu’il a vécu. Pour autant, à l’écouter j’ai pu me rendre compte qu’il existait des différences dans ces expériences de même genre. Cet homme donne des stages de développement personnel suite à son expérience et il parle d’autrui en terme de client, oui je dis bien client ! Mon expérience fût similaire à la sienne mais elle m’a conduit à voir qu’il n’y avait pas de client. Cette expérience m’a permis de voir, comprendre, conscientiser que nous étions tous UN, tous unis, venant de la même source. Nous sommes tous des enfants du divin et le divin n’a pas de client !!! (Je précise que je n’ai rien à vendre et tout à offrir.)

Le divin ne fait pas de commerce avec lui-même, IL n’a rien à se vendre ni à s’acheter (le divin n’est pas débile !). C’est pour moi la différence fondamentale qui existe entre son expérience et la mienne. Je ne juge en aucune façon de la sienne et je répète que ses explications sont en très grande partie exactes. La petite différence est que mon expérience personnelle semble avoir été plus profonde que la sienne. Nous ne recevons que ce que nous sommes capables de porter !

Si je ne tiens pas à trop parler de ce déploiement, c’est parce que :  » le sage pointe la lune du doigt et le sot regarde le doigt…  » Ce qui importe, ce qui me semble essence-ciel, est de traduire ce que j’y ai vu, compris, vécu. Ce déploiement n’est qu’une expérience ! Aussi magnifique et intense puisse-t-elle être, ce n’est qu’une expérience ! Seul le résultat importe.

C’est la même chose pour un scientifique, ce qu’il publie lorsqu’il fait une découverte, n’est pas le protocole précis ayant conduit à la découverte, mais les résultats qui découlent de cette expérience. Et bien je partage à mille pour-cent cette vision des choses.

Les échanges qui suivent avec Raphaël, sont les résultats de ce qui me fût offert, des découvertes inouïes engrammées en moi depuis mon merveilleux « retour à la maison » où j’ai redécouvert la magnificence de l’être, de la vie, du vivant, de Dieu et sa création.

10700302_718757704877536_7497704363473041861_o

 

Plaidoyer pour une autre réalité

Que réponds-tu à celles et ceux qui « jettent la pierre » sur le système capitaliste, les sionistes, les oligarques ? Il est vrai qu’ils sont en grande partie responsables de l’effondrement de notre société. Et que penses-tu de ce mouvement d’éveil spirituel et du commerce qu’il induit ?

Raphaël

 

Mes différentes expériences m’ont conduit à prendre conscience d’un certain nombre de choses, des « constats » en quelque sorte.

Avec un peu de hauteur, à bien y regarder, tous nos pathos et traumas humains découlent du non-respect des commandements de Moïse autant que des enseignements du Christ, soit parce que nous les subissons ou les faisons subir. Déroger aux conseils de Moïse et Christ, revient à créer nos pathos et traumas dont le point « d’orgue » à des degrés divers et multiples sont la chute des 7 péchés capitaux (pécher =  manquer sa cible, le but de l’existence) tout est là en fait. Et qu’elles sont les 2 causes qui nous font déroger aux commandements de Moïse et enseignements du Christ ? L’argent et le sexe ! Ce sont les 2 seules choses qui engendrent tout le « mal » sur cette planète. Ce constat n’est pas difficile à réaliser en fait, il demande juste beaucoup de courage à chacun.

Le tout premier conseil de Moïse est : « tu n’auras pas d’autre dieu que moi », ceci veut tout simplement dire que tu vénéreras le Vivant, tu l’aimeras et le sublimeras. Dieu étant tout, de la plus petite cellule à l’univers en expansion constante. Il est la terre, l’eau, le feu et l’air, il est l’humain, l’animal, le végétal, le minéral, IL EST simplement tout, la vie, le vivant, l’ombre et la lumière.

Ce premier conseil tentait de nous tenir loin du veau d’or et de toutes les autres adorations que la vie elle-même puisqu’IL EST la vie.

Ce qui suit n’est pas un plaidoyer pour l’abandon immédiat de l’argent, c’est impossible mais de plaider pour son abandon progressif en favorisant l’échange, le partage, la solidarité, etc.

Ce qui suit n’est pas un plaidoyer pour revenir à la bougie et refuser toute nouvelle technologie, NON mais une science sans conscience entraîne forcément des troubles et soucis en tout genre.

Je plaide pour une société où toute nouvelle avancée technologique serait soumise à des questions référendaires : Est-ce que cela nous est vraiment nécessaire ? Qu’est ce que cela va nous apporter de plus ? Quels en sont les dangers réels ? Mais aussi, comment recycler et créer ces nouveaux objets sans qu’ils n’impactent le vivant ? Comment les recycler facilement sans qu’ils n’impactent l’humain et la terre pour leur saine pérennité ?

Sortir de ce système de gain, de profit mais ne plus viser que l’intérêt général, le bien-commun car nous sommes tous UN divisé en milliards de particules, nous sommes le corps du créateur tout comme pour chacune de nos cellules nous sommes le créateur, microcosme et macrocosme unis de façon fractale !

Je plaide pour une société équitable soucieuse du devenir du genre humain et ayant pour but de développer au mieux tous ses potentiels immenses qu’il nous reste à découvrir. Exemple, pourquoi la téléphonie alors que nous avons la télépathie ?! Cela peut sembler idiot mais nous avons tous tout un tas d’outils dont nous ne nous servons pas mais qui sont notre essence, les outils que le créateur, la création nous a doté !

J’ai maintenant envie de vous  partager ici  « mon » regard sur le « problème » juif, sioniste en tout cas !

Ce regard suite à mes expériences d’ouverture de conscience, le déploiement de ma kundalini, n’est pas chose aisée ni facile à traduire, il  demande à « l’autre » de faire abstraction de beaucoup de croyances et nécessite une vision totale, holistique, loin des croyances, dogmes et formatages de toutes formes.

Pour être direct et franc, quitte à choquer, irriter, énerver, ce n’est peut-être pas simple à entendre. Mais à mes yeux cette humanité en grande partie, semble souffrir de « sionite aigue » ! A mes yeux toujours, ils sont, malheureusement/heureusement, ces juifs sionistes oligarques et leurs vassaux, l’arbre qui cache la forêt. Ils sont – et je pèse mes mots – un « mal » nécessaire, voire indispensable… Ils sont là pour nous montrer, démontrer toutes nos erreurs et errances accumulées depuis des siècles. Si l’humain vivait en syntonie avec les lois naturelles, ces gens, cette caste, n’auraient aucune place sur terre !!! Ils leurs seraient même impossible de s’incarner sur cette planète (taux vibratoire trop élevé pour eux qui sont si bas… mais n’allons pas trop vite).

Il est temps, je crois, de sortir de cette vision binaire, dualiste de notre réalité. D’un côté les méchants, les sionistes oligarques et leurs vassaux et de l’autre les gentils, les esclaves, les victimes asservies des méchants. (Je schématise et encore une fois je n’accuse personne, j’essaie de transcrire « ma » vision, ce qui m’a été permis de voir). Il n’y a ni victime, ni bourreau, nous sommes tantôt l’un, tantôt l’autre tant que l’on a pas éveillé sa conscience à une co-naissance supérieure.

Focaliser le regard sur cette caste de dirigeants au pouvoir, c’est ne voir que les symptômes de la maladie humaine et non les causes de cette maladie, exactement comme le fait notre médecine moderne qui ne soigne que les symptômes en oubliant totalement de soigner les causes de la maladie. Or, si nous ne soignons pas les causes, la maladie reviendra de façon certaine, sous une forme ou une autre.

Ce propos ne se veut en aucune façon accusateur pour qui ou quoi que ce soit, c’est un point de vue, un regard.

« Stigmatiser » une certaine caste juive sioniste est assez contre-productif je pense, vu que nous créons notre réalité par les pensées, actes et paroles directement liés aux : symboles, archétypes, égrégores, réalité. (Je peux aisément expliquer ce phénomène mais ce n’est pas le sujet de ce propos). Je suis convaincu que pour beaucoup de cette caste, le judaïsme n’est qu’un prétexte pour semer la discorde et prendre, garder le pouvoir, la vieille habitude séculaire de diviser pour régner. Ce ne sont que des étiquettes vides et dénuées de sens véritable pouvant nous aider à comprendre notre situation réelle, mais plus prompt à attiser les haines qu’à engendrer la paix.

A mes yeux, il est extrêmement important d’élever le débat, lui donner un sens plus large et plus profond avec plus de hauteur. Tenter d’apporter une vision plus holistique.

A bien y regarder, ne serions-nous pas tous un peu sionistes autant que des oligarques miniatures ? Comme le démontrait Hans-Peter Dürr, être riche d’1 million d’euros équivaut à maintenir 10 000 personnes dans la précarité, et ce toutes leurs vies. Ce calcul est valable de façon dégressive et aussi progressive. Pour gagner 500 000 euros, c’est 5 000 personnes plongées dans la précarité et ainsi de suite. A entretenir l’esclavage d’autrui pour notre « enrichissement » personnel, à « gagner notre vie » pour consommer,  ne sommes-nous pas tous un peu sionistes oligarques  ?

csm_RIP-Hans-Peter-Duerr_a9ee837afe

Sans compter que cette course permanente à devoir gagner sa vie est cause de stress, d’angoisses, de colères, d’énervements, de jalousies… pour quasiment tous les humains ce stress et angoisse à devoir gagner leurs vies est un frein direct à vivre l’ici et maintenant, le lâcher-prise, l’amour inconditionnel. Avec, en prime, tout ce que ces émotions négatives engendrent au niveau des pensées qui alimentent les égrégores négatifs, influant directement chaque humain créant et façonnant notre réalité à travers chacun d’entre nous de façon inconsciente mais belle et bien réelle. Hans-Peter Dürr était un physicien quantique qui a fait les recherches et calcul pour arriver à cette conclusion de façon scientifique et rigoureuse. Son CV est une preuve de son intégrité.

Derrière la quasi-totalité de nos produits de consommation se cache l’exploitation, l’esclavage de millions de personnes, la marchandisation du vivant. Derrière quasiment toutes les plaquettes de chocolat, de grains de café, de sachets de thé, de vêtements se cache l’exploitation de millions d’êtres humains, adultes et enfants confondus. Derrière quasiment chaque denrée alimentaire se cache l’exploitation d’autrui et la dévastation de nos ressources planétaires, déforestation, engrais, pesticides… toujours la marchandisation du vivant. Derrière chaque écran d’ordinateur, de téléphone, de tablette, se cache la mort de millions d’êtres humains pour que notre con-fort abrutissant nous rende malade tout en détruisant notre environnement. Derrière chacun de nos achats, de nos ventes, se cache la marchandisation du vivant, d’une pomme de terre à l’humain.

Le « bio » a en grande partie été récupéré par de grands groupes financiers et nous pouvons d’ores et déjà en voir tous les abus ! Un simple exemple,  est-ce que faire venir des ananas bio par avion en décembre est une évolution réelle !? Un progrès écologique ? Est-ce que ces grands producteurs bio le font pour le bien commun ou est-ce que celui-ci est un prétexte pour gagner de l’argent, s’enrichir sur le dos d’une fausse « ‘écologie » ? Le bio est une étape mais il faut encore voir plus loin.

Quand toute la planète cultivera du bio pour le vendre et l’acheter, aurons-nous un comportement plus éthique, responsable pour autant ? Est-ce que certains ne vont pas tricher d’une façon ou d’une autre pour prendre des parts de marché et gagner leur vie au détriment d’autres en continuant exactement les mêmes exploitations que sans le bio ?! Et en fin de compte, où ira tout l’argent de ce commerce, toujours dans les mêmes banques il me semble. Qu’est ce qui aura vraiment changer, un peu la forme mais pas le fond, or c’est le fond qui doit évoluer. De nombreux cas d’abus et tricheries existent déjà dans le monde du bio (engrais chimique, exploitation de main d’oeuvre, …) Est-ce que ce sera mieux quand toute la planète sera au bio ? J’en doute !

Tant que nous ne changerons pas notre façon de co-créer la vie, qu’on le veuille ou non, chacun d’entre nous contribue à la marchandisation du vivant pour de l’argent qui n’est rien d’autre que des chiffres virtuels sur des serveurs informatiques et des écrans d’ordinateur ! Que la prochaine crise nous retirera pour enrichir davantage ceux qui tiennent l’argent !

Grandir c’est avoir le courage de se regarder en face, avoir le courage et la volonté de s’auto-juger car si nous ne le faisons pas, la vie, le vivant, Dieu s’en chargera. Je suis passé lors de mes expériences par cet auto-jugement, la pesée des âmes … aimer de façon totale et inconditionnelle… j’ai eu la chance inouïe de m’auto-juger à travers cet Amour et revivre pour moi tout ce que mes actes, paroles et pensées avaient produits sur autrui, le bon comme le mauvais. C’est une expérience que chacun vit et vivra lors de son décès ! C’est ce que l’on appelle  » voir tous ses actes accomplis » et tous, absolument tous nous passons et passerons par cet exercice si beau, merveilleux et si douloureux parfois. Dieu, la vie, le vivant nous prend dans ses bras et nous aime de façon inconditionnelle ce qui engendre chez chacun la vision et compréhension de nos manques d’amour et du conditionnel dans lequel nous nous sommes engourdis voir enlisés !

Cette caste sioniste passera elle-aussi par ce « pesage des âmes » et soyez sûrs et certains qu’ils vivront des moments d’une douleur extrême et indescriptible, nul ni échappe, c’est impossible, c’est la loi des mondes, la loi de la création !

Pour certains, ils seront peut-être, je dis bien peut-être, les sages de demain. C’est en s’auto-jugeant à travers cet amour inconditionnel qu’ils pourront se rendre compte du mal qu’ils ont fait et se sont fait.

Mais revenons au centre du sujet.

Est-ce que leur credo de base (sioniste oligarque) engendrant tout un tas de perversités  n’est pas le pouvoir par/pour l’argent par les mensonges, les manipulations en tout genre, l’égocentrisme, l’égotisme, la vanité, la victimisation créée par eux-mêmes pour justifier et servir leur perversion ? L’esclavage d’autrui, la marchandisation d’autrui de la vie, du vivant… ne faisons-nous pas « à notre corps défendant » un peu la même chose à des degrés divers et multiples mais bien réels ?

Si notre « enrichissement » financier maintient d’autres personnes dans la précarité, est-ce que ce n’est pas là un des principes du sionisme oligarque ? Est-ce que l’exploitation des pauvres pour s’enrichir n’est pas ce que font les israéliens juifs sionistes aux palestiniens et aussi à la planète entière ? Est-ce que ce n’est pas ce que nous faisons tous chaque jour : la marchandisation du vivant ? Prenons un peu de hauteur !

Un exemple, un couple de la classe moyenne qui gagne 4000 euros par mois peut acheter sa maison à crédit en 25 ans, soit une maison valant  +/- 350 000 euros pour laquelle ils auront en réalité remboursé entre 450 000 et 500 000 euros (contributions directes, « volontaires » à l’enrichissement en grande partie de ces banquiers sionistes et leurs vassaux oligarques). Une fois le crédit remboursé, ce couple sera riche d’un patrimoine d’un minimum de 350 000 euros, auxquels nous pouvons ajouter tous les produits de consommation indispensables à la survie pour rembourser les échéances des crédits. Vêtement, nourriture, énergie, voiture, école pour les enfants, etc… etc. Ce consumérisme contribue au maintien de la précarité des plus pauvres et détruit la planète tout en participant à l’enrichissement des oligarques, sionistes ou pas.

Ce couple bien pensant aura, pour être propriétaire de sa maison valant 350 000 euros, maintenu dans la précarité 3500 personnes durant toutes leurs vies… mais il ne s’en rend pas compte et est ignorant des lois causales, car pour qu’une personne gagne, il faut qu’ils y en aient qui perdent dans notre paradigme économique … sans compter que courir après l’argent leur fait perdre à eux aussi leur vie !!!!….

Pourquoi est ce que les « économistes » ne s’intéressent-ils qu’aux courbes des fluctuations de la bourse et des bénéfices engendrés par les uns et les autres, par les + et les – les x et les :  pourquoi ne regardent-ils pas ce que créée en vérité cette société uniquement basée sur l’économie, l’acheter et le vendre, le commerce ou comme-herse hérissé entre l’homme et l’homme, l’homme et la création.

La vie, le vivant, Dieu n’a pas créé l’argent, il a donné à l’homme la possibilité de le créer comme il a donné bien d’autres possibilités pour ne pas le créer, c’est une question de choix, de conscience. Pourquoi ne pas écrire une nouvelle arithmétique ? Actuellement notre arithmétique est de faire + avec pour X (multiplier) les :

Ne pourrions nous pas envisager une nouvelle arithmétique où il y aurait + de X  pour – de :  plus de fois, multiplications pour moins de divisions.

Est-ce que nos modes de vie ne sont pas empreints directement de ce principe sioniste de l’exploitation sans vergogne de l’autre, de l’humain et des ressources de la terre que nous dévastons de façon inique pour l’achat de produits souvent inutiles et néfastes à notre véritable bien-être et le devenir du genre humain. Est-ce que gagner sa vie n’est pas la marchandisation du vivant ???

Montrer l’autre du doigt ne sert à rien (ne juges pas et tu ne seras pas jugé !! ) puisque de toute façon le fait de gagner notre vie enrichit et donne du pouvoir à ceux qui tiennent le pouvoir en  » mains-tenant » l’autre dans la précarité en étant nous-mêmes esclaves de ce processus d’esclavage « moderne « … cette façon de faire n’est-elle pas un peu hypocrite autant que dénuée de bon sens ? On ne peut dénoncer un système que l’on alimente soi-même ! Par l’incapacité à trouver, incarner de nouvelles solutions, créer une autre réalité.

Personnellement je vois ces oligarques comme des cellules cancéreuses et nous savons que la maladie (mal-à-dit) est là pour nous guérir (guerre-rire) de nos choix, pensées, paroles et actes corrompus. En tout cas n’allant pas dans le sens de la vie, du vivant, de la joie, des lois d’équilibre qui nous régissent, nous ont créé et créent la vie, le vivant, l’univers par L’ESPRIT !

Une maladie n’est jamais arbitraire, elle ne décide pas de son libre chef de tomber sur untel ou unetelle le matin, NON, une maladie s’incarne en nous car nous avons par nos actes, paroles et pensées créé le terrain propice à ce qu’elle puisse prendre toute sa place, et ceci dans un seul et unique but, nous montrer nos dysfonctionnements, nos façons de vivre erronées, destructrices, avilissantes créant la maladie et ceci parfois de façon très violente qui est le retour de boomerang de nos propres violences, toujours la loi d’équilibre, celle de la réciprocité des effets !

Cette « caste », ces âmes car ils ont une âme et sont aussi des créations de la vie, du vivant, de Dieu, remplissent immanquablement bien leur rôle, tout comme les cellules cancéreuses remplissent la leur, afin de nous montrer que nous dysfonctionnons. Elles remplissent de façon impeccable leur rôle afin de nous aider à chercher et trouver d’autres moyens d’existences ayant favorisé, facilité la prolifération des métastases  et  leur incarnation.

Il n’y a pas de différence entre l’infiniment grand et l’infiniment petit, microcosme et macrocosme sont une seule et unique même chose, l’infiniment petit est dans l’infiniment grand et vice-versa. Un peu comme les poupées russes …. les fractales !

731c060890_55858_090114-fractale
Figure fractale

Si cette caste est maintenant au pouvoir sur cette terre, c’est bel et bien parce que nous lui avons laissé toute la place en recopiant bêtement le paradigme qu’elle nous a imposé. Pourtant bon nombre de sages, de maîtres se sont depuis la nuit des temps incarnés sur cette terre afin de nous expliquer, enseigner le pourquoi du comment afin de nous éviter de tomber sous leur pouvoir.

Quand un être a un cancer, il doit revoir tout un tas de fonctionnements internes pour guérir, et une des choses qui revient le plus est d’avoir une pensée positive. « Vous » n’allez pas commencer à avoir peur, de la haine, de la rancœur et de l’amertume vis-à-vis de ces cellules cancéreuses ? Cela ne servirait à rien. Bien au contraire, de charges négatives, elles se nourrissent de négatif, dans ce cas de figure vous ne feriez qu’aider à leur propagation.

Il nous est impossible d’en vouloir à notre cancer puisque c’est nous-même par nos comportements éronnés qui avons facilité sa venue en nous. Il en va de même pour cette « caste » de gens, ces cellules cancéreuses oligarques sionistes, elle incarne notre incompétence à vivre en harmonie, syntonie avec le vivant, c’est d’autant plus vrai que nous recopions en partie son paradigme d’exploitation d’autrui et de la terre, la marchandisation du vivant, bien souvent sans même que l’on s’en rende compte par manque de vision holistique du vivant comme de nos faits, actes, paroles et pensées.

Nous sommes exploités et exploitons à notre tour, tout ça pour l’argent dont nous remplissons les poches de ceux qui le tiennent ! Une fois que l’on a vraiment vu tout le mécanisme du paradigme économique, ce n’est que l’horreur. La précarité augmente sur la planète et grâce à cela nous pouvons observer que des solidarités se mettent en place, d’ailleurs les peuples les plus pauvres sont plus solidaires et partagent plus facilement, mais dès que l’argent arrive, l’individualisme s’installe ! Pourquoi ?? Est-ce que ce n’est pas la preuve édifiante que l’argent corrompt, coupe l’homme de l’homme, de la création et de son créateur. La précarité pousse à l’ingéniosité et cela est vécu et expérimenté chaque jour par des êtres humains et de nombreux témoignages et expériences le prouvent. Par contre, dès que l’argent est là, tout ça s’éteint ! Est-ce que ce n’est pas, là aussi, la preuve évidente que l’argent détruit tout, tant pour l’humain que pour son environnement !

Ce qui tient cette caste au pouvoir, n’est rien d’autre que notre incapacité à créer un autre modèle de vie en société que celui qu’ils nous ont imposé depuis des siècles ! Comme déjà dit, nous tous, à des degrés divers et multiples, sommes responsables, co-responsables de la situation actuelle, eux ne sont que la « quintessence », la somme de nos dysfonctionnements égoïstes, égocentriques, immatures, inconscients, destructeurs. Ils sont juste là, comme les cellules cancéreuses pour nous montrer tous nos manquements, tous nos NON, plus que nos OUI ! Ils prennent sur eux d’être la preuve vivante de notre manque d’amour, de bienveillance, de générosité, d’altruisme, de compassion, d’humilité, de don de soi, de partage, de fraternité, de solidarité, d’émulation, de joie, de confiance, de Foi, de co-naissance, de générosité, de respect, de service, de restitution de gratitude, d’empathie, de sagesse, d’écoute …. et j’en passe !

Tout comme nous avons eu besoin d’un Zoroastre, d’un Bouddha, d’un Christ, d’un Moïse, pour nous révéler notre lumière, nous avons besoin de ces âmes comme d’un Hitler pour nous montrer toutes nos ombres. Il appartient à chacun de choisir quel « camp » nous désirons servir, de quelle réalité nous voulons faire l’expérience. Il est pour moi inutile de stigmatiser telle ou telle caste en continuant d’utiliser les armes qu’ils ont créé pour nous asservir, c’est un peu sot. On ne peut pas changer de paradigme en continuant d’utiliser journellement les outils de ce paradigme, j’entends ici en grande part l’argent.

Il est impossible de changer de paradigme, de déboulonner les dirigeants de ce monde (oligarque sioniste), ceux qui tiennent l’argent en déposant chaque jour notre argent dans leur banque. Il est impossible de combattre un pouvoir en donnant du pouvoir à ce pouvoir, c’est stupide. Combien même il serait déboulonné, d’autres prendraient inévitablement la place tant que nous ne changerons pas radicalement de réalité.

Par leur actes corrompus et fous ils nous montrent notre chute, notre  folie et nos corruptions individuelles et collectives, notre incapacité à nous aimer les uns les autres de façon inconditionnelle. (Grande phrase sans doute mais au combien véridique)

Je reconnais leur négativité autant que le fait qu’ils soient vraiment néfastes, mais je ne peux m’empêcher de voir, d’observer que bon nombre de mes concitoyens font de même chaque jour à moindre échelle ! Ce sont tous nos manquements, tous nos NON, toutes nos colères, toutes nos peurs, rancœurs et amertumes, notre engourdissement qui fortifient leur pouvoir, pouvoir que nous leur offrons chaque jour à chaque instant par notre incapacité à créer une autre réalité qui pourtant est juste là devant le nez, les yeux et oreilles de chacun depuis des siècles maintenant.

Une info vient de tomber sur la disparition de la faune et la flore à plus de 60%… quelles mesures sont prises ? Qui est dans la rue pour dénoncer cette horreur !? Qui voit que nous sommes vraiment dans un suicide collectif organisé par chacun d’entre nous par notre incapacité à changer de paradigme. Nous avons détruit en moins de 150 ans plus que ces 5000 années passées, et ce phénomène est exponentiel malgré les maigres avancées de l’humanité.

Je crois en Christ et sa parole mais où est-elle incarnée à 100% en toute vérité, OU ? il a tout donné gratuitement, IL s’est toujours tenu loin, très loin de l’argent car il en connaissait toute la perversion.  » Si vous voulez me suivre en esprit, par et pour l’esprit, rendez à César ce qui appartient à César », c’est à dire l’argent… comment être étonné de la situation planétaire actuelle, qui a rendu l’argent!? Quasi tous se « battent » chaque jour pour quelques centimes qui enrichissent une poignée en dévastant la planète et mains-tenant dans la misère des milliards d’êtres humains. Quel serait le regard du Christ et ses mots s’il était ici maintenant, verrait-il l’incarnation de ses enseignements ou son exact contraire ?!

Idem pour bouddha, afin de trouver l’Eveil pour guider cette humanité, il a quitté sa famille, abandonné sa fortune, sans doute avait-il vu lui aussi que tout ce luxe était un frein, un blocage à ce qu’il puisse trouver l’Eveil.

Christ comme Bouddha se sont tous 2 tenus loin de l’argent, leurs sagesses en connaissaient les pièges et la perversité et tous 2 ont tout offert, soin et enseignement gratuitement et beaucoup de ces soit-disant éveillés spirituels, guérisseurs et autres,  se taillent des fortunes sur leur dos, c’est abject à mes yeux ! Fortune gagnée sur le dos de pauvres bougres qui contribuent à la marchandisation du vivant pour les salaires de ces grands sages éveillés de pacotille. Fortunes qui finissent dans les banques ! Il y a de quoi rire aux éclats devant tant d’imbécillité comme de sombrer dans le plus grand désarroi.

Une humanité (macrocosme), s’éduque, s’élève comme un nourrisson (microcosme) jusque l’âge adulte, pour grandir et se fortifier elle a besoin de nourriture saine mais aussi de virus pour fortifier ses anti-corps, sa structure immunitaire. Sans ses fortifications il ne peut vivre ni croître, il en va de même pour l’humanité, pour croître, grandir, elle a besoin de ses propres virus et bactéries afin de se fortifier pour aller vers plus de lumière, plus de conscience.

Si son manque de volonté à trouver plus de lumière, plus de conscience en continuant certains dysfonctionnements perdurent, et bien c’est tout naturellement qu’elle développera des mal-a-dits, un cancer, (oligarque sioniste) afin de corriger le tir, c’est très simple en fait. Microcosme et macrocosme sont intriqués, enchevêtrés l’un à l’autre, tout fonctionne à l’identique, de la plus petite cellule à la galaxie la plus grande. C’est toujours le même seul et unique principe qui les habite, les créer, les co-créer, les re-créer sans cesse à l’infini depuis des siècles et des siècles pour des siècles et des siècles, L’ AMOUR avec un grand A !

Combien de guerres ont pour origine l’argent et l’illusion du pouvoir qu’il induit ? Combien de millions de morts, de meurtres, de dévastations ! Tout ça pour l’argent, du pouvoir au lieu de pourvoir …

Il nous serait si facile de changer de paradigme mais il implique des choix drastiques  qui semblent si difficiles à l’humanité engourdie depuis des siècles à devoir gagner sa vie plus qu’à la vivre. A exploiter et être exploité plus qu’à offrir, partager, restituer, sublimer, AIMER !

Je reconnais aussi qu’il y a une mouvance qui s’efforce de trouver une autre réalité, je reconnais qu’il existe des solidarités et des êtres qui vouent leurs vies au bien-être d’autrui, je reconnais qu’il existe des mouvements solidaires qui s’intéressent et aident les plus démunis, je reconnais qu’il existe des êtres très impliqués dans l’aide à autrui et des organismes privés et gouvernementaux qui impulsent un changement des habitudes et essaient d’éveiller l’humain à être plus solidaire mais je reconnais aussi qu’ils sont encore assez marginaux et que beaucoup de ces initiatives s’appuient encore sur l’argent.

J’ai encore un milliard de choses à dire, écrire, mais bon, si vous êtes venus jusque-là, MERCI de votre patience.

Peut-être serais-je pris pour un doux rêveur, mais je préfère mon rêve au cauchemar fabriqué par la grande majorité de cette humanité et je le concède, sans qu’elle ne se rende vraiment compte de ce qu’elle créé à chaque seconde par ses choix, actes, paroles et pensées.

Pour ce qui est de l’énergie sexuelle, sa place dans la création et le mauvais emploi que l’homme en fait, créant tout un tas de pathos et traumas individuels et collectifs pour cette humanité, ce sera plus tard ou pas…

très cordialement.

 

Robin.

 

Ce texte est un plaidoyer pour tenter d’aider à lâcher les haines, les peurs et les rancœurs visant des castes tel que : les sionistes, les oligarques, les banquiers, les franc-maçons, les religions… la liste est longue. Il est temps d’arrêter la vision binaire et dualiste de notre réalité planétaire.

Il n’y a ni bourreau, ni victime, nous sommes tous tantôt l’un, tantôt l’autre tant que notre conscience ne s’est pas ouverte à une conscience supérieure !  » Que celui qui n’a jamais pêché jette la première pierre ! « 

Christ

Le texte ci-dessous, ce partage, cette vision, a pour motivation d’élargir la compréhension et la vision de notre réalité afin d’avoir un regard plus large, plus profond, plus holistique.

Ce partage ne juge de rien ni personne mais est, sans doute, le fruit d’une prise de hauteur et de profondeur qui recherche l’unification plus que l’entretien des divisions.

Cette vision cherche à responsabiliser sans culpabiliser, il cherche à faire naître une réflexion plus qu’une stigmatisation, il a pour but d’apporter un éclairage, une mise en lumière élargie d’une situation compliquée et simple à la fois.

Ce regard a pour but la prise en main collective et individuelle d’un devenir plus serein, plus en adéquation avec le vivant, la Vie. Cette prise en main nécessite l’audace et le courage de regarder en face, sans faux-semblant, une réalité que nous vivons tous, mais aussi que nous créons tous par nos choix et façons d’agir individuelles et collectives.

L’avenir du genre humain est menacé si des changements drastiques ne sont pas mis en oeuvre. Toutefois cet écrit cherche à retourner la crainte de l’effondrement. En effet, les peurs et les craintes, les haines et les colères sont les moteurs indéniables de la situation actuelle. Si nous voulons donner une chance à notre humanité, il nous appartient d’incarner des solutions efficaces, sources de Joie.

Ce texte cherche à dédramatiser la situation actuelle par une prise de conscience sereine rendue possible par un auto-jugement fort et implacable, motivant alors une responsabilisation collective et individuelle nous permettant de sortir la tête de l’eau.

Robin.