La douce omniprésence de la conscience

Tous les pratiquants de la méditation sont en recherche ou connaissent le contact avec cette présence/conscience douce, silencieuse et joyeuse là en nous, c’est le but de la méditation. Elle est la grande invisible, la grande silencieuse souriante qui constamment jailli, ce déploie là en nous comme autour de nous car tout émerge, jailli de cette présence/conscience.

La méditation est un exercice consistant à arrêter les tribulations du mental, les pensées qui sans cesse envahissent notre attention à pleinement goutter la quiétude de l’omniprésence/conscience infinie et éternelle. Cette présence/conscience silencieuse et joyeuse est, en fait, ce qui gère sans que nous nous en rendions compte, toutes nos fonctions vitales, toute la mécanique bio-chimique-quantique qui nous maintient incarnée dans la matière. C’est ici un miracle permanent dont peu de gens voient toute la beauté et la puissance qu’est ce jaillissement, cette émergence constante de l’amour. Si nous nous arrêtons quelques instants, nous pouvons allégrement voir qu’en fait nous ne gérons absolument rien de nos fonctions vitales ! Vérité absolue qui devrait fortement questionner chaque être actuellement incarné.

Nous ne donnons aucun ordre, aucun commandement, ne formulons aucune pensée pour la pousse de nos cheveux, de nos ongles, la régénération constante du derme et de l’épiderme. Ce n’est pas la personne, le personnage, l’indentification à la forme, le petit « je », qui commande la régénération de notre squelette, ce n’est pas le personnage, monsieur ou madame untel qui digère les aliments ingérés chaque jour pour transformer ces aliments en une multitudes de particules chimiques propre à la régénération de toutes les cellules, la matière constituante de notre corps physique qui chaque jour meurent par millions et sont automatiquement remplacées, régénèrent sans que nous ne donnions aucun ordre, aucun commandement ! Nous n’y pensons même pas, ce n’est même pas vu, senti, gouté pour la plupart des êtres incarnés actuellement ! Ce n’est pas la personne, le personnage qui, lorsque que nous nous blessons par exemple avec un objet coupant, cicatrise la plaie. Cela se fait sans que nous ne formulions aucune pensée, ne donnions aucun ordre mental pour que cette cicatrisation se réalise. C’est identique lorsque nous nous brisons un os, il se régénère automatiquement sans que nous y pensions, ça se fait, ça se réalise sans aucune attention, intention de notre part.

Est-ce que ce n’est pas merveilleux en fait d’observer cet élan d’amour constant, cette joie jaillissante qui prend soin de chacun, de chacune, de chaque être vivant sur cette planète ! Cette présence/conscience est en tout car il y va de même pour les animaux et les plantes. Les animaux blessés sont soignés de la même façon, par cette omniprésence de la présence/conscience, ils ont même la faculté d’aller chercher instinctivement les plantes et nutriments prompts à leur rétablissement ! Idem pour les arbres qui coupés ici ou là, se régénère par cette pulsion intense de la présence amoureuse de vie qui jaillie là ici et maintenant et en toute chose créée dans la matière.
La découverte de cette présence, cet omniprésence/conscience se réalise quand par la méditation nous évacuons toute nos pensées, quand nous nous détachons de la forme, de toute indentification à cette forme, à la personne, nos mémoires, nos croyances, les 5 sens communs, …
Pour ceux qui le veulent, désir réaliser cet exercice, posez vous un instant dans un endroit calme et comme si vous vidiez un appartement, vous sortez tous les meubles, tous les bibelots, évacuer votre nom et prénom, votre histoire, papa, maman, le boulot, le mari, les enfants, le conjoint, les amis, les collègues… Débarrassez-vous de votre histoire, de votre mémoire, de vos croyances, de vos difficultés, de vos souffrances, de vos peines pour un temps, essayez pleinement de réaliser un vide total et complet. Oui, ce n’est pas facile mais essayez quelques instants de juste être là hors de toutes pensées.
Si l’exercice est bien réalisé, si vous faite le vide complet, total, vous verrez, vous goutterez à cette présence/conscience douce, joyeuse, silencieuse. Souvent ici elle a été comparée au sourire si énigmatique de la Joconde, ce sourire intemporel, inconditionnel, ce sourire qui souri au juste plaisir simple et joyeux d’être là, pleinement là. Ce sourire est à l’identique le  sourire du Bouddha qui est la signification, la trace indélébile de la présence/conscience.
Une fois que cette présence est gouttée, vue, sentie, vous verrez alors qu’elle ne peut pas disparaître et qu’elle a toujours été là et sera toujours là, quelque soit les conditions extérieures, elle est immuable, permanente sans qu’il n’y ai rien a ajouter ni a retirer, tout est parfait, infini, immortel grandiose et merveilleux.
Une fois cette présence bien goutée, vous verrez aussi que de cette présence/conscience sans forme, cet espace, cet endroit indéfinissable jailli, se déploie au travers de toutes les expérience vécues, senties et ressenties par les 5 sens communs comme par tous les sens invisibles que sont la télépathie, les intuitions, ….

Vous verrez alors que pour qu’une odeur soit sentie, elle a besoin de cet espace sans odeur, pour qu’un son soit entendu, il y a cet endroit, cet espace, cette présence qui vous permet d’entendre les sons, comme s’il apparaissaient. Idem pour la lumière, pour qu’elle soit vue, il y un endroit, un espace, une présence sans lumière pour que celle-ci puisse apparaître.
En fait vous verrez que pour que nos 5 sens communs soient perceptibles, goutés, il y a un endroit, une sorte de support sur lequel ils peuvent venir s’imprimer pour qu’ils soient vus, gouttés, sentis, entendu et ce « support » est la présence qui se nomme la conscience.
Pour pouvoir voir le rouge ou le jaune, il y a forcément un endroit, un espace sans couleur qui vous permet de les différencier, idem pour le goût, pour connaître la différence entre le salé et le sucré, il y a là aussi un endroit, un lieu sans goût qui vous permet de gouter cette différence entre le salé et le sucrée. Idem encore pour les sons, les notes de musique par exemple, il y a forcément un endroit, un lieu indéfinissable où aucun son n’est présent pour que le Do, Re, le Fa ou le Mi puissent être entendu et différenciés. Pour que les 5 sens soient perceptibles, il y a forcément un endroit calme, serein, tranquille, comme un socle, un miroir sur lequel ils peuvent venir se poser pour que leurs perceptions puissent être vue, goutée, sentie., perçue.
Si cet espace, cet endroit, cette présence, celle de l’observateur, de la conscience n’était pas là, il serait totalement impossible de différencier le sucrée du salé, le Do du Fa, le vert du bleu, le doux du rugueux, le chaud du froid. Pour que toutes ces perceptions sensorielles soient définies dans toutes leurs différences, il est nécessaire, indispensable qu’il y ai un endroit calme, doux, paisible, une présence qui permet à toutes ces perceptions d’être goutées, expérimentées, différenciées.


Cet endroit, cet espace omniprésent qui permet de voir, sentir, gouter toutes ces perceptions s’appellent la conscience qui a créé tous ces modes d’expression sensitifs par les sens communs dans le tangible et d’autres dans l’intangible, intuition, clairvoyance, télépathie, pour se voir, se goutter, se connaître ou mieux encore ce co-être, ce co-naître afin de faire la plus grande expérience de qui elle/il EST.
Rendu là, nous pouvons encore affiner toutes ces perceptions nées de nos sens, de nos sensitivités, et voir qu’en fait, au sein de cette présence/conscience, si nous pouvons différencier le salé du sucré, le Do du Fa, le vert du bleu, du rugueux et du doux, c’est parce que toute ces perceptions étaient, sont déjà contenues dans cette présence, cette douce quiétude qu’est la conscience qui se déploie, jaillie là ici et maintenant en nous comme tout autour de nous.
Tout est déjà là, absolument tout et ce tout venu du rien dans lequel le tout repose, se révèle à lui-même grâce à l’incarnation sur terre tout comme sur les plans subtils qui sont encore des champs expérimentaux de la présence/conscience qui permet par les perceptions nées des sens tangibles et intangibles de se gouter, de se voir, de se connaître en toute simple et pure joie pour jouer comme un enfant à sa propre découverte et des merveilles de qui ELLE/IL EST.
Nous rejoignions ici ce que nous démontre la physique quantique, c’est que tout est déjà là, tout absolument tout et que ce tout se révèle en fonction de la qualité, l’intensité, la direction de notre regard qui les révèlent à elle-même.
Jésus a dit :  » avant que tout ne Soi, j’étais », c’est la définition la plus juste de toute la mécanique quantique comme de la métaphysique. Le chemin créé par la conscience pour se co-être, se connaître afin de se voir, se gouter sous de multiples formes diverses et variées à l’infini et pour l’éternité.
Nous sommes la conscience créatrice venue du rien dans laquelle tout était déjà créée qui se déploie, jaillie là ici et maintenant pour se connaître par la joie amoureuse intense de jouer à être Là, être JE SUIS la vie, je suis le vivant.

Bonne méditation.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s