La conscience se déploie dans le relatif pour être l’expérience d’elle-même.

Certains scientifiques qui s’occupent de sciences cognitives, neuronales font des recherches sur le cerveau afin de découvrir l’origine de LA conscience ! Pour tout les éveillés, cette recherche est des plus ridicule, faite excuse mais jamais au grand jamais ils ne trouveront de réponse par ce biais qui est un postulat de départ de recherche complètement faux, un cul de sac dans lequel leurs recherches seront toujours vaines !
Ces scientifiques recherchent dans le cerveau des zones où la conscience pourrait se cacher, naître, exister, ce développer au travers des circuits neuronaux.
De leurs points de vue et celui de bon nombre de chercheurs spirituels, la conscience est quelque chose qui se développe à grande ou petite échelle selon chaque humain au fil de/des existences, des incarnations.
C’est pourquoi le terme développement personnel est employé dans ce mouvement d’éveil spirituel.
Développement personnel induit la quête de vivre, d’incarner, d’avoir, de développer plus de conscience, d’être possesseur d’une conscience, que la personne, le personnage possède une conscience à titre individuel. « Développement personnel, c’est comme si ce développement devait se faire par étape, par des échelons et des niveaux à gravir par des stages spirituels de toutes formes et natures. Cette expression dit aussi que c’est la personne, le personnage qui doit se développer, mais la personne, le personnel est toujours une fabrication imaginaire de l’égo et du mental. Etre une personne est toujours et sera toujours une croyance fausse. Nous pensons être un personnage défini par des contours restrictifs  limités aux 5 sens et par un nom, un prénom, une date et lieu de naissance, né de tel père et mère dans tel pays avec tel héritage culturel. Mais cela est tout un tas de croyances, de formatages, de conditionnements, d’identifications toutes les plus « fausses », les plus infondées les unes que les autres.
Développement personnel, c’est un peu comme si la conscience était un muscle qu’il fallait fortifier par certains exercices afin de vivre plus en conscience, d’avoir plus de conscience.
D’ailleurs le terme de « prise de conscience » nous le démontre fort bien, comme si la conscience devait être prise, apprise, entreprise dans et part le développement de cette dernière et c’est là un des plus faux chemin à arpenter si l’on veux être LA conscience.
Il y a aussi enjoint au développement personnel la croyance qu’il faille parcourir un chemin et c’est une preuve de plus dans la fausse croyance qu’il faille parcourir quoique ce soit pour ÊTRE la conscience.
Tous ces postulats qu’ils soient scientifiques ou du développement personnel sont faux car l’origine de leurs recherches est complètement tronquées, faussées par la croyance que la conscience vient du cerveau, ou de quelque chose logé en nous, une part invisible qu’il faille développer afin de la faire grandir.
Ce faux postulat de recherche est induit par la croyance séculaire que nous sommes un corps qui a un cœur et un cerveau dans lequel repose, vit la conscience, c’est là la plus grande erreur commise par les scientifiques et bien des chercheurs spirituels.
La vérité est toute autre, est complètement différente et bien plus belle, magnifique que cette croyance qui fait encore de l’humain le centre de toute chose. Un peu comme quand nous disons : « le soleil se couche, le soleil se lève » !!! Par cette vision l’homme se place encore au centre de tout, c’est pour lui que le soleil se couche et se lève !! Mais comme c’est égocentrique, le soleil ne se couche et ne se lève jamais, comme la conscience IL est toujours là, c’est la terre et ses habitants humains qui se couchent et se lèvent face au soleil, lui ne bouge pas : IL EST ! Cette croyance d’un soleil qui se couche et se lève pour l’humain est d’une très grande vanité, c’est un important manque d’humilité, une fausse vision qui induit, sans que cela ne soit vu, une fausse posture conduisant à bien des égarement.
NON, nous ne sommes pas un corps avec un cerveau où repose la conscience, cette compréhension est pour un éveillé moyenâgeux ! 🙂
Ce que nous sommes est plus grandiose que ça, nous sommes la conscience qui a créé l’humain avec un corps, un cerveau, la terre, le cosmos, etc. pour champs d’expérimentation. Toute la création tangible et intangible sont les fruits de la conscience les créations de la conscience qui englobe, EST, tout ce qui existe dans le monde terrestre la matière dense et dans les mondes astraux qui sont toujours de la matière mais vibrant de façon plus fine, plus subtile !
La matière dense, terrestre et les mondes astraux, subtiles, font encore parties de la création relative or nous sommes la conscience qui, elle, EST l’absolu. Nous sommes la conscience qui a créé, re-créé, co-créé le minéral, le végétal, l’animal et l’humain, l’atome et le cosmos pour faire l’expérience de qui IL/ELLE EST en parts individuelles mais identiques en tout et partout afin de se voir dans toute sa beauté et perfection dans tout ce qu’elle créé en permanence grâce à l’impermanence.
Nous n’avons pas une conscience, nous sommes LA conscience et c’est pourquoi le postulat de recherche des scientifiques est tronqué car, pour offrir une image, il recherche à l’intérieur une zone où repose, vit la conscience alors qu’elle est toute chose, elle est dans son expression, expérience tangible tout ce qui est a l’intérieur et extérieur de façon identique sur les plans relatifs. C’est comme si l’homme recherchait un puits alors qu’il est  le puits, comme si l’homme cherchait et recherchait une montagne alors qu’il est la montagne.
Nous recherchons la conscience comme un objet à développer, comme un attribut que nous possédons et devons développer mais c’est faux, nous sommes la conscience parfaite et infinie, elle ne nous appartient pas mais nous lui appartenons, nous sommes sa création et ses créateurs. Nous baignons dans les mondes tangibles dans la conscience qui est qui nous sommes comme en toutes choses, touts objets, du plus infime au plus grandiose, c’est toujours nous que nous voyons.
La conscience se déploie dans le relatif pour être l’expérience d’elle-même. Nous sommes un énorme miroir qui c’est divisé en une infinité de petits miroirs de toutes formes et natures pour se regarder en tout et en toutes choses créées partout et en tout. Une infinité de petits miroirs qui sont la somme du grand miroir originel, là où repose le « sans forme » qui se mire dans toutes ses formes.
Robin

Une réflexion sur “La conscience se déploie dans le relatif pour être l’expérience d’elle-même.”

  1. Merci pour ces partages et vos écrits qui m’apparaissent simples et extra lucides puisqu’ils rejoignent les réponses et concepts que je porte en moi. Je vous ai rencontré en cherchant des dessins symboliques et j’ai particulièrement apprécié l’Arbre de vie conduisant à votre site. Bonne continuité!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s