Les maux : miroirs de nos résistances

Suite à un échange de mails, j’en viens à évoquer mes difficultés du moment à Robin. Nous souhaitons partager ces échanges très « personnels » car ils contiennent en eux des vérités et de clés universelles utiles à toutes et à tous.

Bonne lecture

« Je suis dans des énergies très basses depuis un moment, j’aimerai beaucoup avoir cette « baguette magique » qui me ferait avancer d’un pas de géant mais je sais que s’il y en a une, elle arrive à la fin un peu comme « la touche finale » au sommet du gâteau.

J’ai l’impression d’être plaqué au sol et de ne pas arriver à m’élever d’un centimètre. Je tourne en rond sur mes incapacités du coup je fais du surplace, un peu comme si j’étais sur un mur d’escalade et qu’il m’était impossible de monter ou de descendre… C’est je crois, la première fois de ma vie où j’ai autant de difficultés à me projeter sur l’avenir, pas de prises… »

Raphaël

 

Te projeter dans l’avenir… moi qui ne cesse d’écrire sur l’instant présent, l’ici et maintenant. Peux-tu voir à quel point tu es emprisonné par ton mental et tes peurs qui sont les meilleurs outils du mental ?

Tu aimerais avoir cette baguette magique… mais tu l’as ! Tu es conçu comme chacun d’entre nous, cette baguette magique est en toi et n’attend que toi !!!

Change tes mots en : « j’ai cette baguette magique et je la réveille, je me reconnecte à moi, au SOI, je lâche définitivement mon mental, toutes attentes, toutes projections, toutes idées, toutes croyances, je me vide de tout, je me dépouille de toutes les peurs, de toutes les craintes, de toutes les envies, de tous les souhaits, je me dénude et me présente à moi-même comme un nouveau né… »

Ton : « ‘j’aimerai beaucoup avoir cette baguette magique », est une négation de toi-même, tu dis en fait que tu ne l’as pas !!!

Je sais que ton mental discutera peut-être ce fait, mais OUI Raphaël, tu nies, tu te nies dans ce :  » j’aimerai beaucoup avoir cette baguette magique « . Tu parles comme quelqu’un qui ne l’aurait pas, mais elle est en toi et pour y croire il faudrait sans doute déjà lâcher la croyance que tu ne l’aies pas ! Qu’il te soit possible de l’acquérir ! « J’aimerai beaucoup avoir »…. c’est désirer quelque chose que l’on n’a pas ! Que crois-tu que l’Univers va te répondre ?

Je vais te le dire : « AH  d’accord, tu aimerais avoir, donc tu crois que tu n’as pas, et bien reste dans ta croyance de ne pas avoir dans ce cas !! Nous, nous ne pouvons rien faire pour toi parce que tu te crois privé, coupé, éloigné de cette baguette magique, nous pourrons t’aider le jour où tu auras réellement prix conscience que tu as, tu es cette baguette magique, il n’y a pas d’intérieur, ni d’extérieur ».

Tout est là Raphaël. En t’inquiétant pour demain, tu te prives de maintenant, en cultivant l’hier, tu te prives du maintenant, cette main tenant le présent, ta présence au vivant. Tu entretiens le voile et empêches son enlèvement !

Tous les maux dont tu me fais la liste où moi j’entends la victime ! Désolé mais c’est bel et bien ça ! Tous tes maux ne sont qu’une seule chose, LE MIROIR DE TOUTES TES RESISTANCES, le miroir de ton mental.

Tournes ton regard et vois à quel point cette chute, cet effondrement est la plus grande chance que l’homme n’ait jamais eu pour se redresser ! 😊 😊 😊 😊

Vois à quel point nous vivons une époque BENIE ! Vois à quel point cet apocalypse, cet enlèvement du voile est notre libération et sois en joie qu’il se profile. Vois la beauté de la vie et ses mécanismes SACRES ! Changes ton regard, retournes-le, c’est tout ce que la vie, le vivant, Dieu attend de toi, que tu reconnaisses son omni-sagesse, et son AMOUR !

Chaque âme qui s’éveille contribue à chasser les marchands du temple, comprends-tu cela ? Mais si tu restes dans la peur, tu entretiens leur présence !

Il n’y a rien à escalader, bien au contraire, c’est « redescendre » en toi que tu dois faire 😊; revenir à ton centre, celui du cœur !

Je te relis : « mais je sais que s’il y en a une »… Raphaël, tout ce que tu écris est du conditionnel, il n’y a aucun inconditionnel ! Douterais-tu d’être démuni de cette baguette magique car en douter est le seul et unique moyen de ne pas la trouver ! Ne vois-tu pas que ce « SI » est le déni que tu fais de toi-même, de la vie, du vivant, de Dieu, de tes guides, de ce qui EST. Ne vois-tu pas que ce « SI » est l’arme de ton mental qui garde le pouvoir sur toi ? Ne vois-tu pas que ce « SI » est celui du petit garçon qui attend qu’on lui tende la main, que l’on fasse à sa place ce qu’il doit faire pour lui même ?! Combien de fois ne t’ais-je pas dit qu’à partir du moment où il y a un « si », c’est la preuve évidente de la domination du mental, de l’intellect !

Ce « SI » est le blocage de ton dos au niveau de ton cœur, et c’est normal puisqu’il tiraille au lieu de s’ouvrir, tu confonds ouverture et tentative d’ouverture en tiraillement car cette ouverture te fait peur, elle fait peur à ton mental qui veut garder le contrôle !

Ce tiraillement que tu sens, ressens, n’est rien d’autre que la porte de ton cœur qui est bloquée et ton mental fait tout ce qu’il peut pour la garder fermée. Elle grince pour s’ouvrir, c’est normal que cela fasse mal, que ça tiraille, il y a tellement longtemps que tu l’as fermé ! Et c’est ça que ton mental ne veut pas que tu fasses, que tu ouvres ton cœur car alors il va perdre sa place, la toute puissance qu’il a sur toi, sur ton Soi, sur ton être profond, il tiraille parce qu’il veut GARDER LE CONTRÔLE, comprends-tu ?

Un peu comme le couvercle d’un vieux coffre oublié des années dans une vieille mine, crois-tu qu’il s’ouvre facilement? NON, il y a autour des serrures, de la corrosion, de la rouille. Ce tiraillement est cette rouille, cette corrosion qui est en train d’être retirée sur les portes de ton cœur. Bénis ce « tiraillement » et vois l’ouverture du cœur plus qu’un tiraillement mais ton mental est tellement puissant, tu as tellement de mal à lui dire stop, stop, arrêtes de me casser les couilles, qu’il transforme l’ouverture en tiraillement. Il ne veut pas lâcher, tu ne veux pas lâcher ton mental, il te tient sous sa coupe et t’a complètement asservi ! Mais fous-lui un bon coup de pieds au cul au non du ciel, il est maintenant ton pire ennemi, comme il est celui de l’humanité entière, celui qui nous a conduit au bord de l’apocalypse. Alors que désires-tu ? Que veux-tu ? Rester son esclave ou être libre d’Etre. Cela n’appartient qu’à toi et personne, même pas Dieu, ne fera rien pour toi si tu ne fais rien pour toi !

C’est pour ça que je t’ai dit que ton souci de communication est un souci entre toi et toi, tu désirs une chose et de l’autre tu fais tout pour ne pas l’obtenir car encore trop inféodé, soumis à ton mental !

Plutôt que de te voir grandir, tu gardes l’impression d’être écrasé au sol, là c’est encore ton mental qui créé en toi cette image afin que tu n’ouvres pas tes ailes, c’est cette complète domination qu’il a sur toi. C’est tout son pouvoir, sa tyrannie, ta prison, celle qui te fait trop souvent voir le verre à moitié vide plutôt qu’à moitié plein 😊 Il entretient en toi les jugements négatifs, seuls et uniques moyens de te maintenir dans le négatif.

Lâches tout, lâches toutes tes formations intellectuelles, elle t’ont été nécessaires et utiles pour avancer dans la vie mais en même temps elles t’ont attaché au temps psychologique, celle de la personnalité, à être telle ou telle chose, mais tout cela n’existe pas, ce n’est qu’une construction mentale induite dans ta mémoire mais ta mémoire n’est pas qui tu es, n’est pas ton ÊTRE profond, ton SOI. Ce n’est pas ta construction mentale qui fait pousser tes cheveux, reconstruit à chaque instant ton corps en régénérant chacune de tes cellules qui meurent et renaissent à chaque seconde. C’est ton SOI, ton être, ton âme qui réalise tout cela et c’est elle que tu dois retrouver en déconstruisant ton mental, les projections, les identifications qu’il a crée dans ta mémoire.

Ce mental qui tourne en toi est comme le hamster qui tourne dans sa roue toute la journée, c’est l’image la plus juste du mental. Le mental est ce hamster qui tourne dans sa cage en lui donnant l’impression qu’il avance, qu’il va quelque part, mais c’est faux car une fois sorti de la roue, nous pouvons voir que nous ne faisions que du surplace avec l’impression d’avancer.

Cette prise de distance avec le mental, est-ce cela que l’on nomme la vacuité ?

Oui, la vacuité c’est la canalisation du mental, c’est la contemplation de ce qui est sans aucun attachement, c’est le non-attachement aux pensées, aux émotions. La vacuité est l’acceptation des pensées pour ce qu’elles sont, juste des pensées, des émotions, des vagues qui viennent en fait caresser notre être, notre Soi sans se laisser submerger par elles.

Bouddha a dit :  » La fin de la souffrance, c’est le contrôle de nos pensées et de nos émotions. « 

La vacuité est la quiétude, elle est le retour au SOI, à l’être, au grand tout, à l’informe, à l’incréé, aux champs des possibles, c’est un espace où les choses sont vues pour ce qu’elles sont sans attachement, sans remou, sans vague émotionnelle se jouant de notre quiétude.

Il est impossible de ne plus avoir de pensée comme de ne plus avoir d’émotion car nous sommes des êtres émotionnels. Le travail à faire est de ne plus être esclaves de nos émotions, de nos pensées, de ne plus être téléguidé par elles, de ne plus être soumis par les vagues qu’elles suscitent en nous à cause de l’attachement qu’elles génèrent. Émotions et pensées ne sont que des ersatz nés de nos croyances, formatages, normalisations tant pédagogiques que familiales et sociétales.

Ceci ne veut pas dire que nous devons nous couper de nos émotions, NON absolument pas. Cela signifie ne plus être assujetti aux émotions afin qu’elles arrêtent de faire de nous des jouets hors contrôles de notre Soi, de notre être profond qui est paix, amour et quiétude, la vacuité.

La vacuité, la quiétude, c’est prendre de la hauteur, de la distance face à nos émotions et pensées, la vacuité, c’est monter dans un ballon dirigeable et regarder de haut toutes les émotions et pensées qui nous traversent à chaque instant, comme des voitures que nous pouvons voir circuler alors que nous sommes au 30 ème étage d’un building. C’est s’asseoir sur la berge et regarder, observer en  laissant couler le fleuve de nos pensées et émotions sans si noyer. Plonger dans ce fleuve et s’accrocher à ces pensées et émotions nous entraîne loin de la vacuité, de l’observation quiète de ce qui EST. Là est la vacuité, là est la quiétude, celle de savoir identifier que bien souvent nos émotions et pensées sont le fruit d’expériences du passé mêlées aux craintes de demain, ce qui nous tient loin de l’ici et maintenant, de la quiétude et vacuité de l’instant présent.

La vacuité n’est pas vide, elle est même l’absence de vide mais est le plein, le plein de vie intense loin des craintes, des peurs, des besoins, des envies…

La vacuité est assimilée au vide, être vide de pensées et d’émotions. C’est l’observation sans jugement, sans attachement. C’est être vide des conditionnements de toutes formes et natures. C’est accepter de ne pas savoir, se détacher des  »savoirs » en quelque sorte, c’est se laisser instruire par le vide, vide qui n’existe pas en fait. Émerge du Soi ce qui sort du vide. Les intuitions, les coups de génie, le génie du vivant naissent du vide des pensées et des émotions. La vacuité c’est se laisser insuffler par ce génie de la vie, être immergé dans ce génie, dans ces intuitions où réside Dieu, la vie, le vivant, l’essence même de la création.

Ce vide, cette vacuité est le non-attachement, c’est ne rien tenir, retenir car ce à quoi nous nous attachons nous attache à l’image des ancres qui sont un frein à la liberté de l’être. L’être, lui, est la liberté qui s’exprime par la jouissance de l’Etre vibrant à l’unisson du vivant, de Dieu.

Robin.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s