Les lois ontologiques, si importantes et si méconnues !

Les questions référendaires que tu évoques auraient pour but de respecter les lois du vivant, les lois ontologiques. Peux-tu rappeler quelles sont ces lois ontologiques ?

Raphaël

 

Il y a plusieurs variantes à la définition de l’ontologie, elles sont toutes un peu identique. Pour ma part je la vois comme l’étude naturelle de l’être (toute étude a pour but une meilleure connaissance et compréhension d’un sujet afin d’en tirer la quintessence pour un mieux vivre). Qu’est ce que l’être ? C’est nous, être humain et la nature qui est aussi un être nommé Gaïa.

Maintenant qu’est ce que les lois ontologiques ? Et bien c’est l’étude des principes fondamentaux de la nature, de l’être dans ses fonctionnements naturels.

Vivre à travers les lois naturelles, c’est tout simplement observer, voir les principes fondamentaux et élémentaires de la nature afin d’être naturel, nous couler dans les principes élémentaires et fondamentaux de la vie, du vivant, de la création et ses créatures. Etre en syntonie avec ses principes créateurs et co-créateurs de la vie, du vivant.

chickens

Quels sont les principes fondamentaux et élémentaires de la vie, du vivant, de la nature ? Si nous prenons la peine d’observer attentivement, elle est l’interdépendance, l’interconnexion par l’entraide afin d’entretenir de façon harmonieuse sa pérennité, sa création, co-création, re-création.

Elle est l’émulation de différentes formes de vie qui se tiennent et se soutiennent, s’inter-pénètrent pour continuer les cycles de vie à travers la permanente impermanence.

Si nous regardons la nature avec un œil plus ouvert, averti, aimant, nous pouvons observer qu’elle n’est pas en compétition mais en émulation dans un système d’échanges et d’auto-régulations pour que chaque être vivant participe à la pérennité et la croissance de la vie, du vivant. Nous pouvons observer qu’en fait la Vie ne détruit rien, même si la « mort » en fait partie, la Vie s’expanse en harmonie constante. Et ce par cycles de régénération interdépendants dans la permanente impermanence.

Hoverfly_January_2008-6

Quand ces principes fondamentaux et élémentaires d’interdépendance, d’émulation et d’harmonie sont vécus, incarnés, ils ne sont plus des principes mais deviennent des lois. Des lois logiques pour une vie harmonieuse et épanouissante pour chaque forme de vie. Ces principes, ces lois, n’ont rien à voir avec les lois humaines, absolument rien.

Les lois humaines sont des jugements qui nous disent, ceci est le bien, ceci est le mal, ceci peut être fait, pas cela, ceci est juste, cela ne l’est pas. Ce sont des codes moraux qui voudraient, tentent de créer une vie épanouissante et harmonieuse pour chacun… en principe.

Les lois naturelles ne fonctionnent pas avec des notions de bien ou de mal, la nature est bien au-dessus de ce principe dualiste, binaire. Elle cherche et recherche sans cesse à se parfaire, à s’épanouir, à s’expanser, à créer l’expérience de qui elle est sous de multiples formes par l’émulation, l’entraide, l’interaction et interdépendance, l’inter-connexion  de toutes les formes de vie créées par/pour sa pérennité.

Les exemples de cette émulation interdépendante et de connexion sont nombreux et existent sous de multiples formes. Les arbres comme le plancton et les baleines fabriquent de l’oxygène, les abeilles qui butinent les fleurs fertilisent d’autres fleurs ce qui pérennise leurs existences, leur vie. Certains oiseaux mangent des « parasites » sur le dos des gros animaux et aident à leur survie tout en se nourrissant. Le végétal aussi a des systèmes dans lesquels il aide à son auto-fertilisation en s’appuyant les uns sur les autres (je pense ici au reportage de Jean-Marie Pelt : « le monde des plantes »). Les champignons fécondent les forêts. Je ne vais pas tout citer mais il existe des dizaines et des dizaines de reportages sur la faune et la flore qui montrent et expliquent ces modes de fonctionnement interdépendants. C’est l’intelligence du vivant, de la nature, de la création et de ses créatures. La seule créature qui ne s’intègre pas dans ce système d’émulation interdépendante, c’est l’humain qui veut tout contrôler. L’être humain veut faire des profits, gagner de l’argent sur le dos du vivant en total irrespect et incompréhension de la vie, du vivant et des lois naturelles donc ontologiques. L’incompréhension autant que la prétention d’être supérieur, engendre la destruction massive des  formes de vie par sa sur-exploitation.

Pour vivre en harmonie, en syntonie au sein des éléments, de la nature, nous devons simplement nous fondre dans ses lois, dans ses principes élémentaires et fondamentaux de pérennité de la vie, du vivant. Nous ne sommes pas en dehors, à l’extérieur de ce système mais complètement enchevêtrés et dépendant de ce système.

L’incompréhension de cette dépendance nous a conduit à la situation prédite par beaucoup de notre prochain effondrement. C’est le résultat inique de notre incapacité à vivre aux travers des lois, des principes ontologiques de l’être total et immense qu’est la création, la vie, le vivant.

Robin.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s